Publicité

QUESTION D'ACTU

Réduction des délais d’attente

Plan cancer : les radiologues dénoncent le manque persistant d’IRM

D’ici la fin du 3e Plan Cancer en 2019, le délai pour passer une IRM ne devra pas dépasser 20 jours. Face à cet objectif fixé par le Président, les radiologues dénoncent la faiblesse préoccupante du parc d’appareils d’IRM en France.

Plan cancer : les radiologues dénoncent le manque persistant d’IRM   MCT/SIPAUSA/SIPA

  • Publié 08.02.2014 à 18h37
  • |
  • |
  • |
  • |


« Tout retard est un risque, tout temps perdu peut être fatal. En France, les délais moyens d’accès à un examen par IRM sont de 27 jours mais ils varient du simple au double selon les lieux d’habitation. Comment accepter cette inégalité ? Le troisième Plan Cancer fixe comme obligation que le délai ne dépasse pas vingt jours où que l’on réside. » Mardi 4 février, en dévoilant les grandes orientations du 3e Plan Cancer pour 2014 à 2019, François Hollande a fait de la réduction des délais d’accès à l’IRM l’une de ses priorités pour lutter contre le cancer et les inégalités qui l'entourent.

 

Il manque 600 appareils d'IRM en France

Si le Conseil professionnel de la radiologie française partage le diagnostic du président de la République sur la perte de chance induite par le délai d’accès à l’examen par IRM, son ordonnance en revanche n’a pas dissipé ses inquiétudes. « L'ambition de développer l'IRM ne pourra pas se réaliser avec l'enveloppe évoquée de 15 millions d'euros pour combler le retard français par rapport à nos partenaires européens », dénoncent les médecins radiologues dans un communiqué. Alors que certains de nos voisins européens comptent plus de 20 appareils d’IRM par million d’habitants, la moyenne française est à peine à 10. Ce qui signifie que de nombreuses régions n’ont pas atteint les objectifs du plan cancer 2, qui préconisait pour 2013, 10 IRM par million d’habitants dans toutes les régions du pays, voire 12 dans les dix régions où la mortalité par cancer est la plus élevée. « Les besoins, en France, imposent un parc de 1200 à 1300 IRM alors que notre pays n'en a que 650 », chiffrent les spécialistes. Ils soulignent leur « inquiétude quant aux moyens mobilisés pour sortir d’une situation de véritable pénurie qui met en jeu la qualité des soins et les chances de guérison des patients ».

 

Hiérarchiser les motifs d’utilisation des appareils existants

« Dans le contexte budgétaire contraint de notre pays, il convient d’abord de décrypter pourquoi les délais pour obtenir un rendez-vous sont particulièrement longs par endroits. Si ils tiennent effectivement au manque d’appareils, nous concentrerons les nouvelles machines dans ces endroits », a souligné Agnès Buzyn, la directrice de l’Institut national du cancer, après les annonces de François Hollande. « Mais il y a probablement aussi à optimiser l’utilisation des machines déjà existantes en hiérarchisant les besoins et en donnant la priorité aux IRM urgentes comme celles du diagnostic de cancer. Les délais d’attente ne sont pas nécessairement les plus courts dans les départements les mieux dotés en IRM », a-t-elle poursuivi.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité