Publicité

QUESTION D'ACTU

Une étude teste 57 boissons

Le soda au citron, meilleur remède contre la gueule de bois

Une étude chinoise vient de mesurer l'effet de plusieurs boissons sur la vitesse des enzymes hépatiques à éliminer l'alcool. Deux sodas augmenteraient le travail des enzymes du foie. 

Le soda au citron, meilleur remède contre la gueule de bois  SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 10.10.2013 à 08h01
  • |
  • |
  • |
  • |


Nausées, mal de tête, langue pâteuse, les lendemains de soirées arrosées sont souvent difficiles. Et pour cause, lorsque l’on consomme de l’alcool à forte dose, de surcroît sur une courte période, l’organisme est mis à dure épreuve. Café salé, cuillère d’olive, boire beaucoup d’eau chacun connait des remèdes de grand-mère contre les lendemains de fête douloureux, mais sont-ils réellement efficaces ? Selon une étude chinoise qui vient d’évaluer 57 boissons, le Sprite, ce soda sucré au goût de citron, serait le meilleur remède pour soulager des effets secondaires de l’abus d’alcool.

 

L’alcool, pas directement responsable du mal de tête

Au début de leur étude publiée dans la revue Food and Function de la Royal Society of Chemistry, ces chercheurs de l’Université de Guangzhou ont d’abord essayé de décrire précisément les symptômes de la gueule de bois, tout en analysant les facteurs réellement en cause. Résultat, les nausées et les mots de tête ne seraient pas directement imputables à l’alcool, mais plutôt au mécanisme chimique qui se met en place lorsque l’organisme se défend pour se remettre d’aplomb.
Concrètement, face à une ingestion d’alcool, le foie libère une enzyme appelée ADH qui décompose l'éthanol contenu dans l’alcool et le transforme en acétaldéhyde. D’autres enzymes rentrent ensuite en jeu, pour aider le corps à récupérer, et ce sont toutes ces étapes biologiques qui seraient l’origine des symptômes de la gueule de bois. C’est donc à partir de ce constat, que cette équipe chinoise a voulu montrer si certaines boissons favorisaient ou retardaient le processus naturel d’élimination de l’alcool.

 

Sprite, thé noir, Bloody Mary…

Ces scientifiques ont donc comparé l’effet de différentes boissons sur la vitesse à laquelle les enzymes hépatiques éliminent l’alcool de l’organisme. L'équipe a principalement testé des thés et des boissons à base de plantes disponibles dans le commerce en Chine, mais également quelques sodas et même le célèbre Bloody Mary. Bien que l’étude ne précise pas s’il s’agissait réellement de « Sprite », un soda aux extraits de citron et de lime portant le nom de « xue bi », est également passé au banc d’essai.
Les médecins ont fait boire ces différentes boissons à des individus ayant consommé de l’alcool, afin de mesurer ensuite, les niveaux des différentes enzymes responsables de l’élimination de l’alcool. Résultat : le thé et les boissons aux plantes ralentiraient plutôt le fonctionnement de ces enzymes et donc prolongent, selon les auteurs de l'étude, les effets de la gueule de bois. A l’inverse, l’équivalent chinois du Sprite ainsi qu’un autre soda nature, le «  hui yi di da shui », ont été les seules boissons capables d’augmenter la vitesse de travail des enzymes du foie.

 

Les spécialistes mettent en garde contre un encouragement à l’ivresse

Les auteurs de ce travail ne sont pour le moment pas en mesure d’expliquer comment le Sprite chinois agit pour accélérer le processus d’élimination de l’alcool dans l’organisme. Ils soulignent que d’autres études seront nécessaires pour confirmer ces résultats.
Cette étude a été largement médiatisée, notamment dans les médias anglo-saxons, dont certains ont crié au remède miracle permettant d’oublier rapidement les nuits d’ivresse. Un message que n’approuvent pas les médecins, notamment ceux spécialisés dans le traitement de l’alcoolisme. Selon eux, vanter les mérités d’une boisson contre les effets dévastateurs de l’alcool, revient à banaliser voir à encourage les excès.
« Que des produits médicaux ou des remèdes de grand-mère soient censés diminuer les effets de l’alcool, ce n’est pas nouveau. (…)Mais cela n’en est pas moins inquiétant, parce que cela procède implicitement à un encouragement de l’ivresse : on fait croire que l’ivresse est la norme, alors qu’il est pathologique d’être mal après une beuverie », explique le Pr Michel Lejoyeux dans le Plus du Nouvel Observateur. « Les maux induits par l’alcool sont bénéfiques, ils alertent sur la toxicité du produit et les gommer est dangereux. C’est comme si on se donnait des coups de marteau sur le crâne tous les week-ends et qu’on se réjouissait d’avoir trouvé un bon antalgique pour ne plus ressentir la douleur, » ajoute t-il.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité