• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Nouvelle vague épidémique

Vaccination et distanciation sociale suffisent pour éviter un rebond de la Covid-19

Selon une nouvelle étude, la vaccination et la distanciation sociale pourraient suffire à éviter de nouvelles vagues de l’épidémie de la Covid-19.

Vaccination et distanciation sociale suffisent pour éviter un rebond de la Covid-19 Tzido/iStock

  • Publié le 20.02.2021 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les chercheurs ont mis au point une modélisation qui montre que les programmes de vaccination et la distance physique peuvent suffire à empêcher un nouvelle vague épidémique dans la plupart des villes.
  • Il ne serait donc pas nécessaire d'imposer un nouveau confinement à la population, ni même de restreindre les déplacements des personnes.

La vaccination et la distanciation physique pourraient-elles suffire à prévenir de nouvelles vagues de la Covid-19 ? C’est l’avis des épidémiologistes et des démographes de l'université de Southampton (Royaume-Uni) et de ceux de l'université chinoise de Hong Kong, qui viennent de publier une étude dans la revue Nature Human Behavior. Selon eux, les programmes de vaccination contre la Covid-19 et le respect des règles de distanciation physique pourraient éviter de futurs rebonds de l'épidémie. Pour arriver à cette conclusion, ils ont analysé plusieurs données : celles de géolocalisation de téléphone portable anonymisées, des données épidémiologiques ainsi que des cas de coronavirus en Chine. Leur but était de modéliser l'impact potentiel de la vaccination et de la distance sociale sur la transmission du virus dans des villes de faible, moyenne et haute densité du pays. Les conséquences de ces deux mesures dépendent de la densité de la population et de la disponibilité des vaccins. 

La vaccination seule peut suffire à prévenir de nouvelles vagues

Selon les chercheurs, les programmes de vaccination et la distance physique suffiront à contenir la résurgence du virus dans la plupart des villes. Ce résultat signifie qu’il ne serait pas nécessaire de confiner à nouveau la population, ni de restreindre sa mobilité. Dans le détail, les scientifiques n’obtiennent pas les mêmes résultats en fonction de la grandeur et de la densité des villes. Celles à densité moyenne et élevée auront besoin à la fois de vaccination et de distanciation physique pour éviter de nouveaux pics épidémiques de la Covid-19. Et ce, jusqu'à ce que l'immunité collective soit atteinte. Tandis que dans les villes à faible population, la vaccination seule pourrait suffire. Il ne serait donc pas nécessaire d’imposer des règles de distanciation physique. 

Une étude pour les décideurs et les autorités de santé

Mais, si la distanciation physique est appliquée, les auteurs l’estiment plus efficace sur le long terme - même si les conditions sont plus souples -, que sur le court terme avec une application forte et rigide. "Notre recherche fournit un cadre et un ensemble de résultats qui peuvent être utilisés par les décideurs et les autorités de santé publique afin d’identifier les niveaux d'intervention pour contrôler les épidémies de la Covid-19 au fil du temps, assure le Dr Shengjie Lai, coauteur de l’étude et chercheur en géographie et en sciences de l'environnement à l'université de Southampton. Bien que notre étude soit basée sur des données de Chine, nos méthodes et nos résultats sont applicables aux villes du monde entier avec des niveaux similaires de densité de population et de modèles de contacts sociaux."

Réduire la mobilité ne diminue pas forcément les contacts sociaux

"Des études antérieures ont supposé que lorsque les gens réduisent leur mobilité, ils réduisent proportionnellement leurs contacts sociaux, mais ce n'est pas nécessairement le cas et à mesure que de plus en plus de vaccins contre le SRAS-CoV-2 sont mis sur le marché, il y a un besoin urgent de comprendre la relation entre ces facteurs, afin que nous puissions ajuster et adapter les interventions", ajoute le professeur Andy Tatem, autre auteur de l’étude. Néanmoins, l’étude contient quelques limites, soulignées par les chercheurs eux-mêmes. Ceux-ci ne disposent pas, par exemple, de données sur la contribution du  lavage des mains et des masques faciaux. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité