Publicité

QUESTION D'ACTU

Baromètre cancer de l’Institut Curie

Cancer : 80% des Français ne veulent pas dormir à l'hôpital

Pour recevoir une chimio, subir des rayons et même se faire retirer une tumeur, les Français préfèrent éviter l’isolement de l'hospitalisation classique.

Cancer : 80% des Français ne veulent pas dormir à l'hôpital Mike Greener/AP/SIPA

  • Publié 05.09.2013 à 10h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Inenvisageable il y a encore 20 ans, on peut aujourd’hui suivre des traitements lourds contre le cancer pendant la journée et rentrer dormir chez soi. Cette évolution de la prise en charge est particulièrement plébiscitée par les Français selon le dernier Baromètre cancer réalisé par Viavoice pour l’Institut Curie. 79% des Français disent préférer cette prise en charge ambulatoire à une hospitalisation classique, surtout les femmes (85%) et les plus de 35 ans (87%). Pourquoi ? Parce qu’elle permet de ne pas isoler la personne malade. Selon les Français interrogés, la proximité de l’entourage familial et le maintien du lien social autour du malade ont un impact déterminant sur sa qualité de vie, la préservation de son moral et de son équilibre psychologique.


91% des chimiothérapies en hôpital de jour

Parmi les trois grands traitements du cancer, la chimiothérapie est celle qui se pratique le plus en ambulatoire. Selon les chiffres de l’Institut national du cancer, 91% des séances de chimiothérapies réalisées en 2010 n’ont pas obligé les malades à passer la nuit à l’hôpital. Les séances de rayons (la radiothérapie) se déroulent aussi très majoritairement en hospitalisation de jour. C’est pour la chirurgie des tumeurs que les patients doivent le plus souvent être hospitalisés plusieurs jours. Mais les choses sont en train de changer dans le sens des attentes des Français, la chirurgie ambulatoire est en plein développement. L’Institut Curie a par exemple créé fin 2012 une unité dédiée et vise pour 2016 le taux de 60% des chirurgies de cancers du sein réalisées en hospitalisation de jour.


Ecoutez le Dr Marc Estève,
directeur médical de l’ensemble hospitalier de l’Institut Curie à Paris : « Les interventions chirurgicales ne sont plus dévastatrices mais très ciblées autour de la lésion, elles sont donc moins lourdes pour le malade. »


 

Ces nouvelles techniques chirurgicales moins invasives bénéficient particulièrement aux malades atteints de cancer du sein, digestif, pulmonaire et urologique. Mais pas question de ne pas offrir la même qualité de suivi à ces patients qui ne feraient que passer. « A partir du diagnostic, les patients suivent tout un parcours de consultations avec différents professionnels, oncologue, anesthésiste, infirmière, chirurgien … la seule diférence, c'est qu'ils n’ont jamais besoin de passer la nuit à l’hôpital », précise le Dr Marc Estève.


Ecoutez le Dr Marc Estève : « La veille de l’intervention, une infirmière appelle la patiente pour lui rappeler par exemple de venir à jeun et accompagnée »  


 

Contre-indications pour les malades les plus fragiles

Etre seul chez soi la nuit qui suit l’intervention est une condition rédhibitoire pour la chirurgie ambulatoire. Les autres contre-indications sont d’ordre médical et concernent l’état général de la personne, indépendamment de sa lésion cancéreuse. C’est la consultation d’anesthésie qui permet, grâce à la classification ASA qui compte 5 niveaux, d’évaluer si la personne sera en état ou non de rentrer chez elle rapidement après son réveil d’opération.


Ecoutez le Dr Marc Estève : « Pour un patient ASA 4, on ne prend pas le risque de l’ambulatoire, on veut pouvoir le surveiller la nuit qui suit. »


 

Ainsi une personne en insuffisance cardiaque ou respiratoire sévère ne peut pas bénéficier de l’hospitalisation de jour. Mais ce n’est pas parce que le patient a une autre pathologie qu’il est exclu d’emblée de la prise en charge ambulatoire. « Une hypertension ou un diabète bien contrôlé ne contre-indiquent pas l’ambulatoire. Il faut simplement faire attention à adapter le traitement », précise le Dr Estève.

Rentrer dormir chez soi rassure aussi beaucoup les petits malades. La chirurgie ambulatoire trouve donc aussi sa place en cancérologie pédiatrique. A l’Institut Curie par exemple, des enfants de 0 à 4 ans sont opérés de cette façon du cancer ophtalmologique de la rétine.

« Mais attention, il y aura toujours des situations qui nécessiteront que le patient soit hospitalisé, même si les traitements continuent à être de moins en moins invasifs », avertit Marc Estève. Même les pays nordiques et nords-américains, pionniers de l’hospitalisation de jour du fait de leurs contraintes géographiques et démographiques, ont tout de même dû conserver des lits dans les services de cancérologie.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité