Publicité

QUESTION D'ACTU

Vapotage

Les vapoteurs développent les mêmes mutations génétiques liées au cancer que les fumeurs

Selon une nouvelle étude, les utilisateurs de cigarettes électroniques développent les mêmes changements moléculaires liés au cancer que les fumeurs de cigarette traditionnelle.

Les vapoteurs développent les mêmes mutations génétiques liées au cancer que les fumeurs AndreyPopov/iStock

  • Publié le 13.02.2020 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


La cigarette électronique est-elle aussi nocive pour la santé que le tabac ? S’il est encore impossible de l’affirmer, une étude américaine publiée dans la revue Epigenetics montre que des changements biologiques importants dans l'ADN des fumeurs sont également observés chez les personnes qui vapotent. Des résultats qui confirment une enquête britannique récente qui a conclu que la cigarette électronique n’est pas sans conséquences sur la santé et qu’il est urgent de mieux en réglementer son usage.

Dysfonctionnement des gènes

Les vapoteurs présentent des modifications chimiques similaires aux fumeurs classiques dans leur génome global et dans certaines parties de leur ADN. Ces altérations chimiques spécifiques, connues sous le nom de changements épigénétiques, peuvent entraîner un dysfonctionnement des gènes et se retrouvent couramment dans presque tous les types de cancer humain ainsi que dans d'autres maladies graves.

Cela ne signifie pas que ces personnes vont développer un cancer, tempère Ahmad Besaratinia auteur principal de l’étude. Ce que nous voyons, c'est que les mêmes changements dans les étiquettes chimiques détectables dans les tumeurs des patients cancéreux se retrouvent chez les personnes qui vapotent ou fument. Cela est probablement du à l'exposition aux produits chimiques cancérigènes présents dans la fumée de cigarette et, à des niveaux beaucoup plus faibles, dans la vapeur des cigarettes électroniques.”

Des implications immédiates potentielles sur la santé publique et les politiques

Pour mener leur étude, les chercheurs ont comparé trois groupes de personnes : des vapoteurs, des fumeurs classiques et un groupe témoin de gens qui n'ont jamais vapoté ou fumé. Des prélèvements sanguins ont permis de comparer les changements de niveau des deux étiquettes chimiques spécifiques attachées à l’ADN, connues pour avoir une influence sur l'activité et la fonction des gènes. Sur les 45 participants à l'étude, les vapoteurs et les fumeurs ont tous deux montré une réduction significative des niveaux des deux étiquettes chimiques par rapport au groupe témoin. Il s'agit de la première étude à montrer que les vapoteurs, comme les fumeurs, ont ces changements biologiquement importants détectables dans leurs cellules sanguines.

Notre nouvelle étude démontre que les mécanismes épigénétiques, en particulier les changements dans les étiquettes chimiques attachées à l'ADN, peuvent contribuer à l'expression anormale de gènes chez les vapoteurs et les fumeurs”, explique Ahmad Besaratinia. Compte tenu du rôle établi que de nombreux gènes jouent dans les maladies humaines, comme le cancer, “cette enquête devrait fournir des informations inestimables, qui pourraient avoir des implications immédiates sur la santé publique et les politiques”, ajoute le chercheur.

Lui et son équipe prévoient de poursuivre leurs recherches. “L'étape suivante consistera à examiner l'ensemble du génome et à identifier tous les gènes ciblés par ces deux changements chimiques entre les vapoteurs et les fumeurs”, conclut-il.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité