Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Cigarette électronique : des produits cancérigènes stockés dans les poumons pendant le vapotage

D'après une récente étude américaine, le consommateur de cigarette électronique absorbe de nombreuses substances chimiques cancérigènes dans ses poumons quand il vapote. 

Cigarette électronique : des produits cancérigènes stockés dans les poumons pendant le vapotage 6okean/iStock

  • Publié 13.09.2018 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


La e-cigarette est-elle plus ou moins toxique que la cigarette traditionnelle ? Depuis sa commercialisation à grande échelle il y a une quinzaine d’années, les études scientifiques se suivent et se contredisent. D’après une des plus récentes, publiée par des chercheurs américains le 7 août dans la revue scientifique Toxics, le fumeur absorberait de nombreuses substances chimiques toxiques comme le formaldéhyde lorsqu'il vapote, ce qui peut favorise les risques de cancer.  

Cela fait déjà plusieurs années que Vera Samburova, de l’Institut de Recherche du Nevada, et son équipe travaillent sur les risques associés à la cigarette électronique. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont analysé la respiration de douze consommateurs d’e-cigarettes avant vapotage. Pour plus de réalisme, la plupart des participants ont utilisé leur propres appareils et liquides et ont vapoté comme ils l’auraient fait dans le confort de leur maison.

Les scientifiques ont ensuite soustrait la concentration de produits chimiques trouvés dans l’exhalation des fumeurs au taux découvert dans les vapeurs émanant de l'engin, la différence étant absorbée dans les poumons des vapoteurs. Et le résultat est des plus effrayants : "Nous avons découvert que la concentration moyenne d’aldéhydes dans la respiration après une session de vapotage était dix fois plus forte qu’avant vapotage", explique Vera Samburova.

Une nouvelle étude devrait être menée sur un plus grand groupe de participants

"Au-delà de ça, nous avons vu que la concentration de produits chimiques comme le formaldéhyde dans la respiration après vapotage était des centaines de fois plus faible que ce que nous avons trouvé dans les vapeurs des cigarettes électroniques, ce qui veut dire qu’un taux important est resté dans les voies respiratoires du fumeur", poursuit-elle. "Jusqu’à présent, la seule recherche sur la quantité d’aldéhydes respirés pendant que l’on fume avait été réalisée sur des consommateurs de cigarettes classiques", détaille-elle.  

"Notre étude montre le risque potentiel associé aux aldéhydes générés par la cigarette électronique", développe Vera Samburova, avant de conclure : "A l’avenir, l’exposition aux aldéhydes provoquée par la e-cigarette doit absolument être étudiée sur un plus grand groupe de participants", conclut-elle.

Risque de crise cardiaque et modification de l'ADN

Alors que depuis février 2016, le Haut Conseil de santé publique (HCSP) considère la cigarette électronique comme une aide pour arrêter ou réduire la consommation de tabac des fumeurs, de nombreuses études prouvent régulièrement la nocivité de cette technologie en raison des produits contenus dans ses liquides. D’après une autre recherche américaine publiée en mai, vapoter quotidiennement doublerait la probabilité de faire une crise cardiaque. Quelques mois plus tard, d’autres scientifiques, également américains, ont quant à eux découvert que le dispositif de vapeur installé dans les cigarettes électroniques introduisait trois produits chimiques dans la bouche endommageant l’ADN

Face au nombre de recherches contradictoires régulièrement publiées sur le sujet, l’Académie des sciences américaine a publié en janvier dernier un rapport de 600 pages comparant 800 études sur la question. Les résultats de ces dernières ont été classés en fonction de leur sérieux.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité