Publicité

QUESTION D'ACTU

Le Dr Sergio Canavero l'affirme

Une greffe de tête chez l'homme dans les 2 ans

Un neurologue italien annonce pouvoir transplanter des têtes humaines, sur d'autres corps humains dans les deux ans. L'opération  a déjà été menée avec succès sur des singes. 

Une greffe de tête chez l\'homme dans les 2 ans DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 28.06.2013 à 17h33
  • |
  • |
  • |
  • |


La greffe de tête sur un corps en bon état pourrait-elle venir en aide aux tétraplégiques ? Même si la question peut surprendre, c'est ce que prétend pouvoir réaliser dans deux ans Sergio Canavero. Dans un article paru dans la revue Surgical neurology International, ce neuro-chirurgien italien affirme qu'il va reproduire sur l'homme ce que le Dr Robert White a déjà réussi sur le singe.


En effet, dans les années 1970, après une longue série d'expérimentations,  le Dr White a réussi à transplanter la tête d'un singe sur le corps d'un autre animal de la même espèce. Le premier singe transplanté a survécu quelques jours mais ces opérations furent ensuite perfectionnées, jusqu'au point où une tête de singe transplantée pouvait survivre indéfiniment sur un nouveau corps. Néanmoins, les animaux cobayes ont été par la suite euthanasiés suite à diverses complications.  

S'inspirant de ce modèle, le chirurgien italien estime que la transplantation de tête sur un corps sain appliquée aux humains pourrait sauver de nombreux patients atteints de maladies n'affectant pas la tête. Sergio Canavero présente donc déjà dans son étude, les profils des futurs receveurs et donneurs.
Pour le receveur, qui bénéficiera du nouveau corps, il devra être tétraplégique ou atteint d’un cancer qui ne touche pas le cerveau. S'agissant du donneur, il devra être dans un état de mort cérébrale, mais avoir un corps en bon état.

Ensuite, concernant l'opération, le neuro-chirurgien apporte déjà des précisions sur cette première mondiale. « La tête du receveur sera placée en hypothermie. Après, on collera la tête du receveur sur le corps du donneur, on reconnectera la moelle et les différents tissus. Si le patient survit à l'opération, il faudra ensuite qu'il entame une longue convalescence, un traitement anti-rejet pour le greffon, une thérapie pour s'adapter à son nouveau corps et des séances de kinésithérapie pour réapprendre à bouger ».
Sur les éventuels problèmes auxquels il pourrait se voir confronter, le médecin a, là encore, réponse à tout. « La partie la plus difficile est de reconstituer la continuité de la moelle épinière, a expliqué le neurologue, ce détail est maintenant réglé grâce à l'utilisation de matériaux chimiques, qui permettent de rétablir les liens entre les fibres nerveuses ».

 

Les difficultés seraient surtout matérielles, estime le Dr Canavero. En effet, l'opération représenterait un coût très important et mobiliserait plus de 100 personnes. Reste aussi la question éthique. « Que se passera-t-il si un vieux milliardaire chinois réclame un nouveau corps ? Les médecins se serviront-ils dans les prisons comme c’est le cas pour certains organes », s’interroge Sergio Canavero.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité