Publicité

QUESTION D'ACTU

Perturbateurs endocriniens

Le Bisphénol A passe directement dans le sang

De très fortes concentrations de bisphénol A passent directement dans le sang au niveau de la langue. Cette première observation chez le chien pourrait se confirmer chez l’homme.

Le Bisphénol A passe directement dans le sang CHAMUSSY/SIPA

  • Publié 13.06.2013 à 16h59
  • |
  • |
  • |
  • |


La principale porte d’entrée du bisphénol A dans l’organisme humain est l’alimentation. Jusqu’ici les chercheurs pensaient que le foie jouait son rôle de filtre et que seule une toute petite partie du bisphénol A ingérée passait effectivement dans notre sang. Une nouvelle étude menée chez le chien par des chercheurs toulousains de l’Institut national de la recherche agronomique vient contredire cette hypothèse. Ils ont observé que 70 à 90% du bisphénol A déposé sous la langue passait directement dans la circulation sanguine. Autrement dit, il existe chez le chien une voie d’absorption directe de ce perturbateur endocrinien.

Or la muqueuse buccale des chiens, à la différence de celle des rongeurs qui étaient étudiés jusqu’ici, est très proche de la notre : fine et très riche en vaisseaux sanguins. L’hypothèse d’une absorption sub-linguale du bisphénol A chez l’homme est donc très probable.

Ecoutez Véronique Gayrard, chercheuse au sein de l’Unité Toxicologie alimentaire de l’INRA à Toulouse : « Manipuler un ticket de caisse puis se lécher les doigts introduit du bisphénol A dans la bouche. Il reste à prouver que le passage dans le sang se fait comme chez le chien. »



L’absorption du bisphénol A par la langue reste encore à démontrer, mais elle pourrait expliquer les fortes concentrations retrouvées dans la circulation sanguine de certaines personnes. Une forte imprégnation qui n’est visiblement pas sans conséquence, notamment chez les plus jeunes. Une étude, publiée ce jeudi dans la revue Plos One, montre que les jeunes filles de 9 à 12 ans, présentant des concentrations urinaires de bisphénol A supérieures à 2 microgrammes/L sont 2 fois plus souvent en surpoids que les autres jeunes filles.
Et pour celles qui présentent un taux urinaire de bisphénol A supérieur à 10 microgrammes/L, le risque d’être en surpoids est multiplié par 5. Le mécanisme n’est pas encore élucidé mais il semblerait que le bisphénol A perturbe la synthèse des cellules graisseuses, les adipocytes, tout particulièrement pendant la période de la puberté.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité