Publicité

QUESTION D'ACTU

Métabolome

Douleur de la poitrine : un diagnostic d’artères bouchées sur une simple prise de sang

Les chercheurs espèrent valider un test sanguin capable de détecter les changements anormaux précoces du débit sanguin dans les artères du cœur au cours d’un effort. Il s’agit d’un test basé sur 5 métabolites.

Douleur de la poitrine : un diagnostic d’artères bouchées sur une simple prise de sang KatarzynaBialasiewicz/istock

  • Publié 02.02.2019 à 12h04
  • |
  • |
  • |
  • |


La douleur thoracique sans signe à l’électrocardiogramme (ECG) peut correspondre à un stade précoce de l’infarctus... ou pas : en l’absence de signe ECG, son exploration par coronarographie ne peut pas être systématique. Dans un avenir proche, une simple prise de sang pourrait indiquer si les artères transportant le sang dans le cœur sont rétrécies ou obstruées, ce qui permettrait de mieux déterminer si le patient doit bénéficier d’une imagerie de ses artères par cathétérisme.

Chez les personnes qui arrivent aux urgences pour une douleur dans la poitrine, celles qui ont une diminution du flux sanguin dans les artères coronaires lors d’un test d'effort (sur tapis roulant) auraient également une modification de cinq métabolites circulant dans leur sang. Celle-ci apparaît en moins de deux heures. C’est ce qui ressort d’une étude sur 40 personnes publiée dans la revue PLOS ONE.

Une étude sur le métabolome

Des études antérieures avaient suggéré que l’analyse des métabolites présents dans le sang pourraient témoigner d’une maladie cardiaque en rapport avec une baisse de l’apport du sang au cœur par les artères coronaires obstruées. Mais les chercheurs devaient encore découvrir la « signature métabolomique » spécifique dans le sang pour ce phénomène.

Dans l’étude qui a été réalisée à l’université de Duke, les scientifiques ont évalué la présence de plus de 60 produits chimiques ou composés dans le sang (métabolites) afin d’identifier les cinq métabolites spécifiques qui semblaient changer chez des malades coronariens dont les tests de stress cardiaque à l’effort étaient anormaux. Tous les patients de l'étude étaient venus au service des urgences avec des symptômes de maladie coronarienne, tels que douleurs à la poitrine, à la mâchoire et à l'épaule.

Un test simple pour orienter les explorations

Le métabolome est constitué de l'ensemble des petites molécules, les métabolites (sucres, acides aminés, acides gras…) qui peuvent être trouvées dans un échantillon biologique comme le sang.

Ces résultats prometteurs nécessitent encore une étude plus vaste pour confirmer que les changements aigus à l’effort de ces 5 métabolites (acides gras et acides aminés), sources d'énergie pour les cellules du cœur, pourraient constituer un indicateur biologique précoce d’altération du flux sanguin dans les artères coronaires. Cela permettrait ainsi de déterminer si les patients ont réellement besoin d’une imagerie par « coronarographie », un test plus invasif (montée d’une sonde à partir de la ponction d’une artère périphérique), plus risqué et plus coûteux.

Améliorer la performance d'un test d'effort pour déterminer s’il faut recourir à l’imagerie des artères coronaires est un des enjeux majeurs pour les cardiologues confrontés à une douleur de la poitrine sans signature à l’ECG. Ce test basé sur une simple prise de sang serait à même de révéler précisément quand le cœur commence à souffrir au cours d’un simple effort et représenterait une avancée majeure pour mieux indiquer une coronarographie.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité