Publicité

QUESTION D'ACTU

Réforme de la santé

Reste à charge zéro : les complémentaires santé pourraient augmenter les cotisations

Le reste à charge zéro va permettre aux patients de ne plus avancer de frais pour certaines de leurs dépenses de santé comme l’optique ou les audio-prothèses. Les complémentaires santé envisagent une augmentation des tarifs des cotisations. 

Reste à charge zéro : les complémentaires santé pourraient augmenter les cotisations tocksnapper/istock

  • Publié 17.06.2018 à 22h21
  • |
  • |
  • |
  • |


C’était l’une des promesses d’Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle 2017, le reste à charge zéro va être mis en place d’ici à 2021. Il permettra de se faire rembourser intégralement certaines paires de lunettes, prothèses auditives et dentaires. Mais les complémentaires santé s’inquiètent de cette nouvelle mesure et pourraient augmenter les cotisations en contrepartie. Elles demandent une baisse de la taxation. 

Pour financer le reste à charge zéro, l’Assurance Maladie et les complémentaires santé vont devoir dépenser plusieurs centaines de millions d’euros. Le gouvernement n’est pour l’instant pas certain du coût exact de cette mesure à terme. Le chiffre d’un milliard d’euros d’ici à 2023 a été avancé par le ministère de la Santé. 

Une baisse des taxes 

Plusieurs patrons de complémentaires ont réagi à l’occasion du 42e Congrès de la Mutualité Française qui s’est déroulé du 13 au 15 juin à Montpellier. Bernard Spitz, président de la Fédération française de l’assurance, a prévenu : "On jouera le jeu, mais si on s'aperçoit qu'il y a un écart, il faudra le combler." Les acteurs de l’assurance s’accordent à dire qu’une hausse des cotisations pourrait être contre-productive si les patients en venaient à renoncer à des soins.

Mais ils demandent des efforts au gouvernement sur la taxation notamment. Le président de la Mutualité, Thierry Beaudet, souligne : "Les cotisations sont aujourd’hui trop lourdement taxées. La fiscalité est un levier." Les négociations avec le gouvernement doivent se poursuivre. 

Mettre fin au renoncement aux soins

Des accords ont déjà été trouvés avec les syndicats de dentistes et d’audioprothésistes. Ces derniers ont d’ailleurs proposé de limiter le prix de certains appareils à partir de 2019. Le tarif devrait baisser progressivement pour atteindre 1200 euros en 2022. 

Le renoncement aux soins pour des raisons financières est très important dans les secteurs des soins dentaires, optiques ou pour les prothèses auditives. Il concernerait 4,7 millions de Français pour les prothèses dentaires et 2,1 millions pour les appareils auditifs. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité