Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé dentaire

Soins dentaires : lesquels seront remboursés à 100% ?

A la demande d'Agnès Buzyn, la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) a présenté son projet de convention tarifaire aux dentistes afin de mettre en place le "reste à charge zéro" des soins dentaires dès la fin de l'année. Lesquels vous seront administrés sans rien débourser ?

Soins dentaires : lesquels seront remboursés à 100% ? bedya/Epictura

  • Publié 22.02.2018 à 15h15
  • |
  • |
  • |
  • |


La ministre de la Santé Agnès Buzyn l'avait annoncé pour 2018 : les Français doivent pouvoir se faire soigner les dents sans rien débourser. A sa demande, la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) a donc présenté un projet de convention tarifaire aux représentants des chirurgiens-dentistes le 16 février, afin de mettre en place le "reste à charge zéro", alors que 80% des dentistes n'informent actuellement pas leurs patients du tarif de leurs soins en amont.

Une baisse de 562 millions d'euros pour les dentistes

Comme le souligne Le Parisien, Nicolas Revel, directeur de la Cnam, a détaillé trois modes de prise en charge différents pour rembourser les soins prothétiques (bridge, inlay, prothèses, couronnes…). Le premier panier de soins, qui couvrirait les soins essentiels (soit 46,6% des actes), demande aux chirurgiens-dentistes une baisse d'honoraires de 388 millions d’euros. Le deuxième panier de soins nécessiterait un effort de leur part de 174 millions d’euros afin d’aboutir à un "reste à charge modéré". Enfin, les tarifs resteraient libres pour les actes du troisième panier qui regrouperaient les soins haut de gamme. Au total, la Cnam demande aux dentistes de baisser leurs honoraires de 562 millions d'euros. Comme annoncé, le tarif de prise en charge des soins de base (carie, détartrage…) serait augmenté de 627 millions d’euros pour compenser.

Les niveaux de remboursements varieront en fonction de la localisation des dents et du matériau utilisé pour la soigner : celles qui sont visibles comme les incisives et les canines seront mieux remboursées que celles qui ne se voient pas, comme les molaires. L’objectif est de "garantir l’accès de tous à des matériaux dont la qualité esthétique soit adaptée à la localisation de la dent concernée", explique la Cnam. 

Le programme M’T Dents pour les adolescents

Ce projet vient compléter de nombreuses réformes sur le même thème. La loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) pour l’année 2017 avait déjà élargi le programme M’T Dents aux adolescents, afin d'accéder à une consultation chez le dentiste prise en charge à 100 %. Les jeunes peuvent en profiter à des intervalles réguliers jusqu’à leurs 24 ans. Une bonne initiative pour les étudiants qui renoncent souvent aux soins dentaires faute de moyen. D’autant que les soins complémentaires sont eux aussi pris en charge. Instauré en 2007, le programme M’T Dents vise à améliorer la santé bucco-dentaire des jeunes Français. Il se divise en deux volets : une consultation chez le dentiste ou le stomatologue prise en charge à 100 % et des visites dans les écoles. 

La majorité des dentistes ne font pas de devis à leurs patients

Ce plan de reste à charge zéro pourrait conduire à une meilleure transparence de la part des chirurgiens-dentistes. Une enquête réalisée en 2015 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) indiquait en effet que 80 % des dentistes n'informaient par leurs patients du montant de leurs soins au préalable. Seulement 17 % d'entre eux délivrent en amont un devis détaillé, alors que celui-ci est obligatoire depuis le 1 er août 2012. Il doit indiquer le prix de vente de la prothèse, le coût de la pose ainsi que le montant du plateau technique.

"L’enquête a permis de mettre en évidence que le modèle de devis comporte des imperfections qui nuisent à une bonne information et surtout qu’il est difficile à comprendre pour le consommateur", a noté la DGCCRF. Ce contrôle avait également démontré que 3 dentistes sur 10 n’affichaient pas leurs honoraires dans leur salles d’attente. La Cnam espère aussi renforcer la prévention en matière de santé bucco-dentaire. 

Les Français et leurs dentistes

6 à 10 millions de Français n'ont pas pas accès aux soins dentaires. Manque d’argent, d’autonomie… Les motifs de renoncement sont nombreux. Trois populations sont particulièrement touchées par ces inégalités : les personnes en situation de précarité, de handicap ou de dépendance. Par exemple, 15 % des structures ne répondent pas aux normes d’accessibilité des personnes handicapées. 

Un sondage réalisé auprès de 1 124 personnes en novembre dernier, avançait qu’un Français sur 2 seulement (autant les hommes que les femmes) n’était pas allé chez le dentiste en 2017 : 26% estiment les délais d’attente trop longs et 42% des sondés ont déclaré prendre rendez-vous lorsqu’ils ressentent une gêne ou une douleur. 7 % ne souhaitent pas y aller par peur des complications post-intervention et 5 % par peur de coûts supplémentaires non prévus. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité