• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Assurance maladie

Santé : près de 600 000 malades chroniques de plus en 2020

Entre 2012 et 2015, les dépenses de santé se sont accrues quelles que soient les pathologies, du fait de l'augmentation du nombre de malades. 

Santé : près de 600 000 malades chroniques de plus en 2020 Goodluz/epictura

  • Publié le 31.05.2017 à 17h18
  • |
  • |
  • |
  • |


Les dépenses de santé continuent d’augmenter, rapporte l’Assurance maladie (CNAMTS) lors de la présentation ce 31 mai de sa nouvelle cartographie. Cet outil permet de connaître le nombre de malades pour chaque pathologie, mais aussi d’apprécier le poids des innovations sur les dépenses et le virage ambulatoire. Et pour la première fois, elle propose une projection sur 5 ans.

Pour mettre au point cette cartographie, la CNAMTS a épluché les données issues de ses bases de remboursement. Pour 2015, 57 millions de bénéficiaires du régime général ont consommé des soins en ville ou à l’hôpital. Parmi eux, plus de 20 millions ont eu recours au système de soins pour une maladie spécifique, fréquemment une maladie chronique.


Forte consommation de psychotropes

En 2015, le premier poste de dépenses a été occupé par les hospitalisations ponctuelles, avec plus de 30 milliards d’euros. Il s’agit par exemple de l’hospitalisation d’un enfant pour une bronchiolite, d’un senior admis en réanimation pour une grippe, ou d'une intervention chirurgicale pour une fracture. Au total, plus de 7,8 millions d’assurés en ont bénéficié.

Ces dépenses sont suivies par les maladies psychiatriques et la consommation de psychotropes. Ces soins ont concerné plus de 7,2 millions de personnes pour une dépense de plus de 19 milliards d’euros en 2015. Les anxiolytiques ou antidépresseurs sont surtout consommés par des personnes âgées, majoritairement des femmes.

« Nous l’avions déjà constaté les années précédentes et nous nous étions rendus compte qu’en France, contrairement à d’autres pays, nous ne pouvions pas soigner des épisodes dépressifs légers ou modérés avec des psychothérapies, relève le Dr Ayden Tajahmady, directeur adjoint de la direction de la stratégie et des études statistiques (DSES). Nous allons donc lancer une expérimentation pour proposer à des patients des séances remboursées par l’Assurance maladie ».

 

Source : Cartographie médicalisée des dépenses de santé, Assurance maladie

Des soins moins chers

Cette cartographie confirme également le poids croissant des pathologies chroniques et les dépenses qui leur sont associées, notamment en raison du vieillissement de la population.

Entre 2012 et 2015, le nombre de personnes souffrant d’une pathologie neurocardiovasculaire telle qu’une insuffisance cardiaque, un infarctus ou un AVC, a augmenté de 2,5 %, soit 332 000 patients supplémentaires. Mais dans le même temps, la dépense annuelle moyenne par patient a diminué grâce à la baisse du prix des médicaments et la diminution des hospitalisations. Une tendance concomitante à l’augmentation des soins infirmiers, témoin possible du virage ambulatoire.

Innovations coûteuses

A l’inverse, la prise en charge du cancer est de plus en plus coûteuse. En prenant l’exemple du cancer du sein, l’Assurance maladie observe une hausse des dépenses par patient. Alors qu’il fallait dépenser 11 288 euros en moyenne par patient et par an en 2012, il fallait débourser plus de 12 000 euros en 2015. « Ce sont les postes de médicaments qui ont connu les plus fortes augmentation ces dernières années, en raison de l’arrivée de certaines innovations comme les immunothérapies », précise le Dr Tajahmady. L’an dernier, un même phénomène a été observé pour le traitement du cancer de la prostate.

Ecoutez...
Christelle Gastaldi-Ménager, directeur adjoint du département "études sur les pathologies et les patients" : « Pour l'instant, nous n'observons pas d'évolution pour les autres cancers... »


Les projections

Et dans les 5 prochaines années, ces maux ne devraient pas disparaître. Loin de là. Le nombre de malades du cœur ou atteints de diabète va continuer de croître (respectivement de 13 % et 12 %), tout comme le nombre de malades polypathologiques. Une tendance en grande partie liée au vieillissement de la population.

Ecoutez...
Ayden Tajahmady, directeur adjoint de la direction de la stratégie et des études statistiques (DSES) : « Selon nos projections, 4,1 millions de personnes seront atteintes de diabète en 2020... »

 

Par ailleurs, l’Assurance maladie a estimé que d’ici 2020, 580 000 Français supplémentaires seront pris en charge pour au moins une maladie chronique, une hospitalisation ponctuelle ou une maternité. Une hausse cohérente avec les années précédentes, même si elle tend à ralentir par rapport ce qui a été observé auparavant. « Le défi des maladies chroniques va donc continuer à se poser mais d’une façon moins aiguë, ce qui va probablement être une bonne nouvelle pour les maîtrise des dépenses de santé », souligne le spécialiste.

Source : Cartographie médicalisée des dépenses de santé, Assurance maladie


En revanche, la CNAMTS ne s’est pas lancée dans le calcul des dépenses de santé pour les 5 prochaines années. Il est en effet très difficile de se projeter, car les tarifs des consultations chez le médecin ou d’un examen biologique peuvent beaucoup varier au fil des ans. L’effet de l’arrivée de nouveaux traitements sur le marché est aussi difficile à anticiper.

« Si l’on prend l’exemple des médicaments pour l’hépatite C, nous avons constaté une augmentation importante des dépenses en 2014. Mais en 2015, on a observé une diminution. L’impact des innovations dépend de mécanismes de régulation et de la vitesse à laquelle elles vont être appropriées par les professionnels. Autant de paramètres qui sont très difficile à modéliser ».

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité