Publicité

QUESTION D'ACTU

Placé en détention provisoire

Evreux : un faux-médecin exerce pendant un an

Un homme de 31 ans est en détention provisoire. Pendant un an, il a exercé la psychiatrie alors qu'il ne dispose d'aucun diplôme de médecine.

Evreux : un faux-médecin exerce pendant un an Capture d'écran Google Street View

  • Publié 24.05.2017 à 16h04
  • |
  • |
  • |
  • |


Il fallait oser. Ce Congolais de 31 ans l’a fait. A deux reprises. Pendant un an, l’homme a été employé en tant que médecin psychiatre au sein de l’hôpital Navarre d’Evreux (Eure). 500 patients ont été soignés au cours de cette période, révèle Paris Normandie. L’escroquerie est hardie ; il ne dispose d’aucun diplôme lui permettant d’exercer la médecine.

Depuis le 5 mai, le faux médecin est en détention provisoire. La liste des motifs de mise en examen est longue : exercice illégal de la médecine, usurpation de diplômes, faux et usage de faux documents administratifs.

En effet, l’homme n’a pas été embauché au hasard. Il a présenté des diplômes universitaires roumains, attestant d’une formation de médecine générale avec un apprentissage complémentaire de la psychiatrie. De quoi lever les soupçons. Sauf que ces documents n’ont jamais existé.

Une fraude au RSA

Ça n’est pas la première fois que le Congolais se fait prendre la main dans le sac. En 2014 déjà, il a été condamné dans la région lyonnaise. L’homme semble avoir un faible pour le domaine de la santé : il exerçait alors, dans la plus parfaite illégalité, la profession d’infirmier.

A cette liste déjà accablante s’ajoute une faute supplémentaire. Non content de toucher un salaire de médecin, l’escroc était aussi bénéficiaire du RSA (revenu de solidarité active). Là aussi, à tort. La charge de « fraude au RSA » complète donc son dossier déjà bien rempli.

L’hôpital, de son côté, a porté plainte pour escroquerie. L’établissement a réclamé que les salaires versés au faux psychiatre lui soient remboursés.

L’affaire n’est pas sans rappeler un précédent très proche. Un trentenaire a réussi, en usurpant l’identité d’un vrai praticien, à se faire embaucher aux urgences de l’hôpital de Chartres (Eure-et-Loir). La supercherie a toutefois moins duré : dans la journée, ses collègues – vrais ceux-là – ont rapidement émis des soupçons sur son identité réelle.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité