Publicité

QUESTION D'ACTU

Vaccination

Faux certificats : un généraliste d'Annecy radié à vie

A Annecy, un généraliste accusé d’avoir réalisé de faux certificats de vaccination a été radié à vie du tableau de l’Ordre des médecins.

Faux certificats : un généraliste d'Annecy radié à vie Esbenklinker/epictura

  • Publié 25.01.2017 à 00h17
  • |
  • |
  • |
  • |


Ils subissent une pression accrue de la part des parents anti-vaccination ; eux-mêmes expriment des doutes croissants vis à vis de la sûreté des injections vaccinales. Des médecins généralistes font sporadiquement l’actualité en raison de certificats attestant d’une vaccination, alors que celle-ci n’a pas été menée.

Quelles que soient les raisons qui motivent ces praticiens à produire des faux, pression parentale ou opinion personnelle, elles ne passent pas auprès de l’Ordre des Médecins. Comme le relève le blog « Journalisme et Santé Publique », l’instance a pris une décision forte concernant un généraliste d’Annecy, radié à vie et interdit, de ce fait, d’exercer la médecine.

Le Dr Christian T. est accusé d’avoir produit quatre faux certificats mentionnant une administration d’une dose de Pentavec le 26 octobre, le 23 novembre et le 21 décembre 2012, ainsi qu’un rappel le 8 novembre 2013, chez une petite fille, Eve, née en juin 2012. Ces injections font partie de l’obligation vaccinale.

"Communauté religieuse"

C’est le père du bébé qui a soulevé des doutes sur la véracité de ces certificats. Au moment des faits, Eve était confiée à la garde de sa mère, elle-même « appartenant à une communauté religieuse qui serait hostile au principe des vaccinations », peut-on lire dans la décision de la Chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins.

Après avoir récupéré la garde de l’enfant, le père, soupçonnant un subterfuge, a fait réaliser en août 2013 des sérologies pour le tétanos, la poliomyélite, la diphtérie et la coqueluche sur sa fille. Résultat : pas d’anticorps – et donc, a priori, pas de vaccination. Par ailleurs, l’enquête a montré que les numéros de lots inscrits sur le carnet de santé d’Eve ne correspondaient pas à des doses de « Pentavec » mais à du « Revaxis », destiné à un rappel de vaccination chez l’adulte.

Le père a porté plainte contre le médecin et fait pratiquer de nouvelles injections au centre hospitalier de Mâcon. Les sérologies d’Eve se sont avérées satisfaisantes, indiquant une réponse immunologique normale. La petite fille est désormais protégée contre ces agents pathogènes.

"Dose homéopathique"

Le généraliste annécien conteste l’accusation de faux. Christian T., médecin d’« orientation acupuncture », « titulaire du D.I.U. de médecine manuelle et d’ostéopathie », dit avoir administré une dose homéopathique de Revaxis afin d’atténuer les effets secondaires du Pentavac. Il estime que «  cette dose homéopathique a pu entraver le processus de séro-conversion », précise la décision ordonale.

L’argument n’a pas convaincu le conseil départemental de l’Ordre, qui a radié le médecin, ni le conseil national, qui a confirmé la peine. En juillet 2016, un généraliste d’Indre-et-Loire soupçonné de réaliser des faux certificats de vaccination, a également été radié de l’Ordre. Parmi sa patientèle figurait un enfant de huit ans qui a contracté le tétanos, faute d’avoir été immunisé contre cette infection.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité