Publicité

QUESTION D'ACTU

Pas plus d'effets secondaires

Docetaxel : l'Agence européenne du médicament se veut rassurante

Selon l'Agence européenne des médicaments (EMA), la fréquence des effets indésirables de l'anticancéreux docetaxel n'a pas augmenté depuis deux ans. 

Docetaxel : l'Agence européenne du médicament se veut rassurante SimpleFoto/epictura

  • Publié 13.03.2017 à 17h23
  • |
  • |
  • |
  • |


L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a confirmé de manière implicite que 18 patients sont décédés après avoir été traités avec l'anticancéreux docetaxel entre janvier 2015 et février 2017. Mais la liste des victimes de ce médicament ne s'arrête pas là.

L'ANSM « s'attend à des chiffres plus importants » sachant que l'enquête de pharmacovigilance porte sur l'ensemble des médicaments contenant du docétaxel, depuis la commercialisation du premier d'entre eux en 1995, le Taxotère, avant l'apparition des génériques.

Dans l'attente des résultats de cette enquête en cours, l'Institut National du Cancer (INCa) et l'ANSM ont recommandé, le 17 janvier dernier, aux cancérologues d'éviter temporairement, par précaution, d'utiliser le docétaxel pour les cancers du sein localisés, opérables, au profit d'une alternative, le paclitaxel. Une information publiée ce lundi est peut-être en mesure de rassurer les patients inquiètes.

Pas de hausse des entérocolites  

Suite à sa réévaluation des effets indésirables de l'anticancéreux, le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) informe ce lundi ne pas avoir relevé d'augmentation récente des entérocolites (infections de l'intestin grêle et du côlon) depuis deux ans. L'Agence européenne du médicament (EMA) rappelle qu'il s'agit d'« un effet secondaire connu mais rare du docétaxel, qui peut affecter jusqu'à 1 personne sur 10 000 ».

« Une évaluation approfondie des données disponibles est toutefois en cours et les conclusions finales seront publiées une fois l'examen terminé », informe-t-elle. Dans l'attente, l'EMA recommande aux médecins de continuer à prescrire ce médicament conformément aux recommandations contenues dans la notice actuelle du produit.

Ils doivent tenir compte notamment des éléments détaillés pour la prévention et la prise en charge de la neutropénie (trouble du système sanguin). « Les patients qui ont des questions sur leur traitement doivent parler à leur médecin », conclut l'EMA.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité