Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé Publique France

Surmortalité : la grippe responsable de 14 400 décès

Les personnes âgées représentent 91 % des décès liés au virus. Le nombre d'hospitalisations est deux fois plus élevé qu'à l'ordinaire.

Surmortalité : la grippe responsable de 14 400 décès lisafx/epictura

  • Publié 08.03.2017 à 17h54
  • |
  • |
  • |
  • |


L’épidémie de grippe est finie, mais la surveillance se poursuit à Santé Publique France. Ce 8 mars, le bulletin épidémiologique fait figure de bilan préliminaire d’une saison pas comme les autres. Après un début précoce, la grippe a perduré au stade épidémique pendant 10 semaines. Elle aura fait de nombreuses victimes, particulièrement chez les personnes âgées.

1, 9 million de personnes infectées

Les cabinets médicaux  dénombrent désormais  21 consultations pour 100 000 personnes. Cette faible circulation du virus n’empêche pas les cas graves de se déclarer. En une semaine, Santé Publique France a reçu 3 signalements de complications sérieuses et 11 foyers d’infections respiratoires en collectivités pour personnes âgées. Hormis ces derniers soubresauts, l’épidémie est bel et bien terminée. Infectant au passage 1,9 million de Français.


Sur le plan des décès observés au cours de la saison grippale, le bilan est plus partagé. Toutes causes confondues, l’excès de mortalité est évalué à 21 200. C’est donc plus que la saison 2014-2015 (18 300). En revanche, 14 358 décès sont directement attribuables à la grippe. Cette fois, l’estimation est comparable à la saison 2014-2015.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Un paramètre varie, toutefois : la mortalité des personnes âgées. En effet, parmi les décès attribués au virus, 91 % concernent des patients de 75 ans et plus. Cela représente 70 % de l’excès de mortalité observé.



Un vaccin peu efficace

De fait, au cours de l’épidémie, les seniors ont été submergés par la souche H3N2, très largement majoritaire. La majorité des personnes hospitalisées est ainsi âgée de plus de 65 ans. L’impact est particulièrement marqué chez les plus de 75 ans – qui représentent la moitié des admissions à l’hôpital. Par rapport à la saison de référence, 2014-2015, deux à trois fois plus de patients âgés ont été hospitalisés. L’ampleur est similaire dans les consultations en médecine ambulatoire.

Face à cette véritable vague, la vaccination n’a livré qu’une protection marginale. D’une part, la couverture est faible puisqu’elle n’atteint même pas les 50 %. D’autre part, l’efficacité du produit a été limitée chez les personnes fragiles. Elle est estimée à 26 % chez l’ensemble de la population à risque et 23 % chez les patients de 65 ans et plus.

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité