Publicité

QUESTION D'ACTU

Développement silencieux

Reflux gastrique : les IPP induisent des troubles rénaux

La prise prolongée d'IPP endommagerait les reins. Chez la moitié des patients, le stade sévère de la maladie n'a pas été précédé de signes annonciateurs. 

Reflux gastrique : les IPP induisent des troubles rénaux alexraths/epictura

  • Publié 22.02.2017 à 17h14
  • |
  • |
  • |
  • |


Prendre, pendant plusieurs années, des traitements contre les remontées acides peut induire de graves problèmes rénaux, notamment l’insuffisance rénale. Des dégâts qui surviennent sournoisement et silencieusement, alerte une étude publiée dans Kidney International.

Apparus dans les années 1990, les inhibiteurs de la pompe à protons se sont imposés comme le traitement de référence du reflux gastrique, des ulcères et dans la prévention des lésions provoquées par les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène. Avec plus de 16 millions de prescriptions par an, soit près de 60 millions de boîtes vendues, ils sont classés parmi les 100 médicaments les plus prescrits en France.

Des médicaments largement utilisés qui ne sont pas sans danger. La littérature scientifique montre depuis plusieurs années, leurs méfaits sur les reins. Ces nouveaux travaux de l’université de Washington (Etats-Unis) confirment que les IPP endommagent ces organes indispensables à l’organisme, et révèlent qu’un grand nombre de patients ne présentent aucun signe annonciateur de troubles rénaux.


Plus de risque avec les IPP

Les auteurs sont parvenus à ces conclusions après avoir étudié les dossiers médicaux de 125 600 patients sous IPP et 18 400 personnes traitées par anti-H2, une nouvelle classe d’antisécrétoires gastriques moins efficaces mais moins toxique pour le rein.

Au bout de 5 ans de suivi, plus de 80 % des personnes prenant des IPP n’ont pas développé de troubles rénaux aigus. Cependant ils notent que plus de la moitié des cas d’insuffisance rénale chronique et de néphropathie en phase terminale liées aux IPP ont été diagnostiqués chez des patients ne présentant aucune complication rénale. A l’inverse, parmi les usages des anti-H2, moins de 8 % d’entre eux ont été atteints de néphropathies chroniques, et à peine 1,3 % des patients ont développé une pathologie en phase terminale, sans présenter de troubles annonciateurs.


Surveiller les patients

Pour les auteurs, cette étude montre que la survenue d’une pathologie rénale aiguë n’est pas un signe d’alerte fiable pour détecter un déclin de ces organes. « Nos résultats suggèrent que les troubles rénaux peuvent se développer silencieusement et progressivement, érodant la fonction rénale et menant à des dommages sur le long-terme, voire même une insuffisance rénale, explique Ziyad Al-Aly, professeur à l’école de médecine de l’université de Washington. Les patients devraient mentionner à leur médecin leur traitement par IPP et la durée de leur traitement ».

Il ajoute que les praticiens doivent surveiller attentivement la fonction rénale de leurs patients sous IPP, même s’ils ne montrent pas de signes d’alerte. Ils les invitent également à revoir le bien fondé de ces prescriptions.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité