Publicité

QUESTION D'ACTU

200 foyers touchés

Stains : la ville infestée par les punaises de lit

Près de 200 foyers seraient infestés par les punaises de lit. La ville demande l’aide des autorités sanitaires.

Stains : la ville infestée par les punaises de lit jareynolds/epictura

  • Publié 22.02.2017 à 13h52
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est un nuisible peu ragoûtant, aux méthodes lâches. La punaise de lit attend tranquillement que sa proie s’endorme, avant de l’attaquer dans son sommeil. Au réveil, la pauvre victime ne peut que constater les multiples morsures qui parsèment sa peau abîmée par les rougeurs. Le bourreau, lui, a déjà disparu. Dès les premiers rayons de soleil, la punaise se planque dans votre matelas, y pond ses milliers d’œufs et se tient prête à sucer votre sang dès que vous tomberez de nouveau dans les bras de Morphée.

La ville de Stains en fait l’amère expérience. Plusieurs quartiers de la commune de Seine-Saint-Denis sont infestés par les punaises de lit ; le pouvoir local en appelle aux autorités sanitaires. L’Agence Régionale de Santé a été saisie, alors que près de 200 foyers seraient concernés par la profusion de ce nuisible.

Habitants traumatisés

Selon le journal l’Express, qui cite le service municipal d'hygiène, les familles touchées par ce fléau sont « au bord de la crise de nerf ». L’invasion de la punaise de lit provoque un stress profond et un état d’hystérie chez les habitants. Certains ne veulent plus pénétrer dans leur habitation ; d’autres ont entrepris de « tout jeter » - lit, canapé… - sans avoir forcément les moyens de racheter ce mobilier. Des enfants terrorisés ne veulent plus se coucher dans leur lit infesté, relate encore le journal.

L’éradication de cet insecte est particulièrement complexe. La punaise de lit est tenace ; elle peut rester en guet-apens pendant un an, sans nourriture, dissimulée dans les textiles (tapis, lits, habits…). En venir à bout exige des mesures de désinsectisation radicales et onéreuses. Pour une population aux revenus modestes, la problématique est parfois irrésoluble.

Stigmatisation 

Par ailleurs, la présence de la punaise de lit est associée à une forte stigmatisation des foyers touchés. Certains y voient, à tort, la marque d’un manque d’hygiène. La prolifération de ce nuisible n’a rien à voir avec les conditions hygiéniques : la punaise se fiche de la propreté de l’habitat, seul le sang de ses hôtes l’obnubile.

Face à ce fléau, la ville exige de l’aide. Mais, comme le relate la presse, les différents acteurs (bâilleurs, locataires, municipalité…) se renvoient la balle. Il faudra pourtant traiter ce problème, qui ne se limite pas à Stains. En France, 180 000 sites ont été traités par des professionnels en 2016, d'après la Chambre syndicale des industries de désinfection et dératisation.

Une réunion doit se tenir le 28 février à la sous-préfecture de Seine-Saint-Denis entre municipalités, bailleurs et l'ARS Ile-de-France, ajoute l’Express. Les acteurs discuteront d'un éventuel soutien financier aux villes touchées.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité