• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

"Narcissique malfaisant"

Donald Trump : un profil qui inquiète les psychiatres américains

L’investiture du nouveau président américain n’a pas stoppé les attaques des psychiatres américains, qui martèlent que Donald Trump est inapte à l’exercice du pouvoir.

Donald Trump : un profil qui inquiète les psychiatres américains Gage Skidmore/Flickr

  • Publié le 31.01.2017 à 18h39
  • |
  • |
  • |
  • |


À peine nommé comme candidat du Parti républicain américain, Donald Trump avait déjà subi les assauts de ses opposants démocrates sur un terrain inhabituel : la santé mentale. En juin 2016, Hillary Clinton avait en effet déclaré que le tempérament du futur Président des États-Unis le rendait « inapte » à l’exercice du pouvoir, estimant qu’il ne sera jamais « quelqu’un à qui l’on peut confier les codes nucléaires ».
Un discours repris plus tard par le Président Obama, et nombre de ses adversaires.

Une opinion partagée par plusieurs psychiatres américains, qui tentent d’alerter leurs concitoyens sur la dangerosité de leur tout nouveau dirigeant. Mi-décembre, trois professeurs de psychiatrie de renommée mondiale avaient interpellé Barack Obama. Dans une lettre, Judith Herman, de l’université d’Harvard, associée à Nanette Gartrell et Dee Mosbacher, de l’université de Californie, avaient exprimé leur « forte préoccupation » face à la perspective de confier le pouvoir à Donald Trump. Elles craignent les conséquences de « son impulsivité, son hypersensibilité à la critique, et son apparente incapacité à distinguer les fantasmes de la réalité ».

La Goldwater rule

« Les standards de notre profession ne nous permettent pas de nous aventurer dans le diagnostic d’une personne publique que nous n’avons pas pu évaluer directement », avaient rappelé les trois psychiatres, avant de réclamer « une expertise mentale et neuropsychiatrique poussée ». Expertise qui n’aura jamais été réalisée, si ce n’est peut-être dans le secret par des institutions américaines.

L’Association américaine de psychiatrie (APA) impose en effet aux psychiatres américains une règle : ils leur est interdit d’effectuer un diagnostic individuel sur une personnalité publique. La « Goldwater Rule » a été instaurée suite à la campagne présidentielle de 1964, remportée par Lyndon Johnson face candidat républicain Barry Goldwater. Le profil psychiatrique de ce dernier avait été établi par 12 000 praticiens. Parmi eux, 1189 l’avaient déclaré « psychologiquement inapte » à la fonction présidentielle, nuisant ainsi au bon déroulement de la campagne.

La Goldwater rule ne retient cependant pas certains psychiatres, qui s’osent à publier des analyses psychologiques. Dernièrement, John Gartner, psychiatre à Baltimore et habitué des médias, a accusé Donald Trump d’être « mentalement dangereux, et doté d’un tempérament incompatible avec la fonction de président ».
Il estime, comme certains de ses confrères, que le magnat de l’immobilier est un « narcissique malfaisant », c’est-à-dire un narcissique souffrant, en plus, de troubles antisociaux, agressifs et sadiques.

Narcissique mais pas forcément dangereux

La caractérisation des troubles narcissiques (voir encadré ci-dessous) semble en effet bien coller au personnage. Mais il paraît difficile de juger la santé mentale d’une personne en se basant sur ses apparitions publiques. « Ce n’est pas un diagnostic franc au niveau médical, explique à Pourquoidocteur le Pr Antoine Pelissolo, chef du service de psychiatrie de l’hôpital Henri-Mondor de Créteil. Des éléments de profil psychologique sont assez évidents, comme la mégalomanie et l’attirance pour la transgression, mais une pathologie mentale ne peut s’évaluer que directement, et je ne m’aventurerai pas dans un diagnostic à distance. »

Pour le psychiatre français, même si elle était confirmée, une caractérisation narcissique ne suffirait pas à invoquer un état instable et incompatible avec l’exercice du pouvoir. « Les troubles de la personnalité narcissique s’observent chez 10 % de la population, poursuit-il. Ce n’est pas une psychose, et ils ne remettent pas en cause la capacité de jugement des personnes. »

On ne serait donc pas dans le cas d’autres dirigeants du passé, chez lesquels de réelles maladies se sont exprimées et traduites par des conséquences plus sanglantes. « De nombreux dictateurs, comme le Roumain Ceausescu ou sans doute Adolf Hitler, ont souffert de délires paranoïaques ».

Incapable de se concentrer quelques minutes

Donald Trump est-il psychologiquement instable, ou mêle-t-il simplement une dose de narcissisme et une attitude populiste, en dessinant les lignes d’un personnage dans sa quête du pouvoir ? Entre Goldwater rule et secret médical, la réponse semble nous échapper.

Loin des sphères médicales, l’auteur de son best seller Trump : the art of the deal (1985), Tony Schwartz, craint lui aussi sa présidence. Après l’avoir fréquenté pendant un an et demi, il est devenu familier avec « sa personnalité pathologiquement impulsive et égocentrique », et décrit  dans le New Yorker un homme « incapable de se concentrer quelques minutes sur un sujet qui ne concerne pas son auto-glorification ». « C’est un menteur pathologique qui arrive à se convaincre lui-même que ce qu’il dit est vrai, ou à moitié vrai, ou, au moins, devrait être vrai ». « S’il pouvait se présenter pour être empereur du monde, il le ferait », conclut-il.

 

Les troubles de la personnalité narcissique

L'Association américaine de psychiatrie (APA) a décrit les éléments révélateurs d'une personnalité narcissique. Toute personne rassemblant au moins cinq des neuf caractéristiques énoncées ci-dessous souffre de narcissisme pathologique, d’après l’association américaine.

1 - Sens exacerbé de la personnalité (ex : exagère ses propres succès et talents, s’attend à être reconnu comme supérieur à ses pairs, sans accomplissent particulier)
2 - Fantasmes de succès, de pouvoir, d’intelligence, de beauté ou d’amour illimités
3 - Sentiment d’être spécial, unique, ne pouvant être compris que par des personnes ou des institutions de rang supérieur
4 - Demande excessive d’admiration
5 - Sens exacerbé de la récompense, du traitement de faveur ou du ralliement à ses intentions
6 - Manque de scrupules vis-à-vis des autres lorsqu’il s’agit de réaliser ses objectifs
7 - Manque d’empathie
8 - Sentiment que les autres sont envieux
9 - Attitudes arrogantes et hautaines

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité