Publicité

QUESTION D'ACTU

Les brutes en blanc

Martin Winckler suscite la colère de médecins et de patients

Dans son dernier ouvrage, le médecin Martin Winckler affirme que la maltraitance des blouses blanches à l’égard des patients fait partie du logiciel français. Réactions du monde médical. 

Martin Winckler suscite la colère de médecins et de patients stockasso/epictura

  • Publié 15.10.2016 à 12h51
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans son livre Les brutes en blanc, qui vient de paraître, Martin Winckler, résident aujourd'hui au Canada, dénonce le comportement de bon nombre de médecins qui feraient acte de violence verbale ou de discriminations à l'égard des patients. Selon cet ancien généraliste, la tradition du médecin mandarin continuerait à hanter les couloirs des hôpitaux. Il affirme même que la maltraitance des médecins à l’égard des patients fait partie du logiciel français. Face à autant d'attaques, l'ensemble du monde de la santé n'a pas tardé à réagir. Florilège des réactions.

En tête de la contre-offensive, on trouve bien évidemment le CNOM. L’Ordre des médecins regrette que Martin Winckler ait fait le choix « de la caricature et de l’amalgame pour assurer la publicité de ses écrits ». L’Ordre ajoute qu'il défendra « l’engagement quotidien des médecins, et condamnera toute tentative d’altérer le lien de confiance très fort qui unit nos concitoyens à leur médecin ». L'institution affirme cela avec des chiffres à l'appui.

L'Ordre et les syndicats vent debout  

Le constat de Martin Winckler est « une aberration » contredite par les résultats de sa grande consultation menée en 2015 rappelle l'Ordre. 97 % des patients disent, c'est vrai, avoir une « bonne relation » avec leur médecin traitant, 95 % avec les médecins libéraux et 91 % avec les hospitaliers. Et un vrai dialogue semble exister entre les deux parties, puisque 94 % des patients estiment « qu’ils comprennent ce que le médecin leur explique », et 87 % affirment même que « le médecin consulté les a écouté avec attention ». 

D'autres médecins enfoncent encore le clou. C'est le cas du Dr Jérôme Marty, président du l'Union Française pour une Médecine Libre (UFML). Sur Twitter, il explique qu'il y a « 440 millions de consultations en France chaque année et le nombre de plaintes pour violences du corps médical envers les patients est plus que minime », souligne-t-il.
Souvent en phase avec les thèses du Dr Winckler, le Dr Christian Lehmann lui donne presque une leçon de médecine. Au sujet de l'absence de rencontre entre les patients et les médecins en dehors du cabinet dénoncée par Martin Winckler, ce blogueur  écrit : « Martin, le monde a changé, Internet a bouleversé la donne permettant aux médecins qui le souhaiteraient et ils sont nombreux d'échanger, de bousculer leurs certitudes ».

Les patients pas d'accord 

Enfin, les patients ne sont pas plus tendres avec l'auteur de l'ouvrage polémique. Christian Saout, délégué général du Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS) a confié à Pourquoidocteur  : « Martin Winckler a envie d'être en tête de gondole, on ne fait pas la tête de gondole en littérature sans avoir un titre accrocheur, pour ne pas dire vendeur. Une poignée de cas ne constitue pas une vérité statistique, sa démonstration a des limites ». Ce défenseur des patients reconnait cependant que « des médecins ont tendance à regarder plus les constantes et les paramètres que la parole des patients. Il faut qu'on arrive à faire évoluer cela », conclut-il.

Retrouvez l'émission L'invité Santé 
avec Alain-Michel Ceretti, conseiller santé
auprès du Défenseur des droits
diffusée 13 octobre 2016

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité