Publicité

QUESTION D'ACTU

Méta-analyse

Ménopause : la phytothérapie inefficace pour les sueurs nocturnes

La phytothérapie réduirait les bouffées de chaleur et les sécheresses vaginales, mais ne serait pas efficace pour traiter les sueurs nocturnes, chez les femmes ménopausées.  

Ménopause : la phytothérapie inefficace pour les sueurs nocturnes Epictura/Magone

  • Publié 22.06.2016 à 13h56
  • |
  • |
  • |
  • |


La phytothérapie est plébiscitée par des milliers de femmes pour diminuer certains symptômes de la ménopause : fréquence des bouffées de chaleur ou encore sécheresse vaginale. Les études publiées jusqu'à présent ne sont pas parvenues à trancher sur les bénéfices ces traitements à base de plantes. Des chercheurs des universités de Rotterdam (Pays-Bas) et de Cambridge (Royaume-Uni) ont décidé de clore les débats en menant une méta-analyse, publiée dans la revue scientifique JAMA.

L’équipe du Pr Taulant Muka, de l’université Erasmus Medical Center de Rotterdam, a passé en revue toutes les études consacrées aux effets de la phytothérapie dans le traitement des symptômes liés à la ménopause. En tout, 62 études, incluant les témoignages de près de 6 653 femmes, ont été épluchées.

 

Des améliorations notables 

Résultat, les chercheurs ont conclu que la phytothérapie s’associait à une diminution du nombre de bouffées de chaleur quotidiennes et réduisait la sensation de sécheresse vaginale. Toutefois, les médicaments faits à base de plantes n’ont pas démontré leurs bénéfices dans la réduction du nombre de sueurs nocturnes. « Des études plus rigoureuses sont nécessaires pour déterminer les effets de la phytothérapie sur la santé des femmes concernées par la ménopause », soulignent les chercheurs dans leur communiqué.

 

Une thérapie plébiscitée 

Quand la ménopause pointe le bout de son nez dans la vie des femmes, plusieurs traitements s’offrent à elles, dont la thérapie de substitution hormonale. Néanmoins, au regard des effets potentiellement néfastes des traitements hormonaux sur leur santé cardiovasculaire, 40 à 50 % des femmes occidentales se tournent vers des traitements à base de plantes. Une large gamme incluant des extraits de soja, de trèfles rouge et noir ou encore des extraits d’herbes médicinales leur est proposée.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité