Publicité

QUESTION D'ACTU

Gélules, tisanes, extraits

Phytothérapie : le retour vers la médecine par les plantes

Phytothérapie : le retour vers la médecine par les plantes pathastings/epictura

  • Publié 30.04.2016 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


ENQUÊTE – Avec 149 plantes inscrites à la Pharmacopée française, la phytothérapie représente un marché porteur. La moitié des Français aurait recours à la médecine par les plantes. Pratiquée depuis des millénaires, elle connaît un véritable retour dans les officines depuis quelques années.

Les plantes plutôt que la chimie. Près d’un Français sur deux affirme avoir recours à la phytothérapie pour se soigner. Tisanes, élixirs, poudres et gélules se sont taillé une place non négligeable dans les pharmacies, à l’heure où les effets indésirables sont de plus en plus pointés du doigt. Là où certains prônent un retour à la nature, d’autres optent pour une approche complémentaire de la médecine allopathique. Les médecins eux-mêmes se sont emparés d’une spécialité ancienne qui reste peu reconnue en France.

149 plantes autorisées en pharmacie

Depuis son cabinet de La Rochelle, en Charente-Maritime, le Dr Jean-Christophe Charrié (1) met en avant la médecine par les plantes. Ce médecin généraliste de formation s’est rendu en Tunisie pour s’initier à la phytothérapie. « J’utilise en priorité la plante médicinale comme outil thérapeutique, explique-t-il. Je la mets à profit en fonction de ses différentes propriétés symptomatiques, endocriniennes ou de drainage. »

Au moment d’établir la prescription, Jean-Christophe Charrié a l’embarras du choix : depuis 2008, 148 plantes médicinales sont autorisées à la vente libre en pharmacie. La myrte et les mélanges pour tisane ont été ajoutés en 2013.

Si certains conditionnements peuvent sembler innovants, la phytothérapie ne l’est pas tant que cela. C’est même l’origine de la pharmacie. « La codéine vient du pavot, et l’aspirine est dérivée de l’acide salicylique (tiré du saule, ndlr) », souligne Jacques Pothier, maître de conférence à la faculté de pharmacie de Tours (Indre-et-Loire). De fait, le premier texte sur la médecine par les plantes remonte à la civilisation sumérienne qui vivait il y a 5 000 ans !

Ecoutez...
Gilles Bonnefond, président de l’Union syndicale des pharmaciens d’officine : « Toute une série de médicaments était à base de plantes en vrac puis sous forme d’extrait sec car les tisanes n’étaient pas toujours faciles à ingérer. »

 

Un marché à 162 millions d’euros

Vers le XIXe siècle, un glissement s’est opéré vers la médecine moderne via des molécules isolées à partir des plantes, comme la morphine ou la quinine. « On connaît maintenant un phénomène de retour au naturel via les plantes », estime Gilles Bonnefond. A présent, quatre types de produits répondent à la désignation de phytothérapie : les plantes médicinales en vrac, les préparations pharmaceutiques, les médicaments à base de plantes fabriqués industriellement et les compléments alimentaires.

Ce retour est loin d’être marginal : pour les officines, le marché a généré un chiffre d’affaires de 162 millions d’euros en 2015, avec une constante progression depuis 2009. Quelques 22 millions de boîtes ou plantes en vrac ont été vendues la même année. (2) Il faut dire que la phytothérapie est plutôt bien perçue : la moitié des Français ont confiance en ces produits. Un étudiant sur trois affirme même qu’il serait plus motivé à prendre un traitement s’il était à base de plantes (3).

Quelle est la clé du succès ? Parmi les patients qui consomment de la phytothérapie, Gilles Bonnefond distingue deux profils. Les premiers sont adeptes de médecines naturelles d’une manière plus générale. « Ce profil de personnes qui retournent vers les techniques traditionnelles par conviction, culture ou philosophie est en train de progresser », constate ce professionnel de santé. Le second profil, selon le pharmacien, recherche un complément à la médecine dite allopathique. « Ce sont par exemple des personnes qui veulent réduire le recours aux hypnotiques parce qu’il y a une dépendance à ces médicaments », illustre-t-il. Les plantes offrent alors une alternative efficace qui provoque moins d’accoutumance.

Efficace mais pas sans risque

Car contrairement à d’autres approches alternatives, la phytothérapie est reconnue par l’Académie de médecine, et son efficacité admise. Et pour cause : elle met à profit le principe actif des plantes, d’une manière très similaire aux médicaments chimiques. « Si c’est efficace, cela signifie qu’il y a des molécules actives », résume Gilles Bonnefond.

Actives mais peut-être moins toxiques, à dose égale, que les médicaments chimiques. C’est en tout cas ce que prône Jean-Christophe Charrié. Il faut dire que les remontées de pharmacovigilance concernant ce domaine représentent moins de 1 % des effets indésirables signalés en 2015. « Je n’exclus pas les outils thérapeutiques chimiques, qui sont très performants, souligne le généraliste. Mais ils doivent être réservés à une prescription médicale exceptionnelle. Je pense qu’on peut soigner 80 % des problèmes présents en médecine de ville avec des plantes médicinales, voire plus. »

Ecoutez...
Jean-Christophe Charrié, médecin généraliste à La Rochelle : « Il me paraît difficile en tant que médecin d’être pourvoyeur de maladie. J’ai été intéressé par des approches plus physiologiques qui accompagnent le processus de réparation. »


L’art du dosage, c’est tout la subtilité qui doit accompagner l’usage de la phytothérapie. Car la présence d’un principe actif signifie qu’un surdosage est possible. « Mal utilisées, les plantes peuvent induire des effets secondaires. C’est une erreur de penser que parce que c’est naturel, ça n’est pas dangereux », rappelle Gilles Bonnefond. C’est d’ailleurs pour cela que certaines sont inscrites à la Pharmacopée française ou européenne, ce qui les place sous le monopole des pharmaciens. C’est notamment le cas du millepertuis qui interagit avec de nombreux médicaments comme les contraceptifs oraux, des anti-rejets ou encore des traitements du VIH.

Les professionnels de santé ont alors pour rôle de guider leurs patients sur le bon usage des produits, surtout s’ils s’auto-médiquent. Reste encore une étape pour la phytothérapie : être de nouveau prise en charge. En effet, les spécialisés à base de plante ne sont plus remboursées par l’Assurance maladie depuis 1989… à la différence de l’homéopathie qui n’est pourtant pas reconnue par l’Académie de médecine.

Ecoutez...
Jean-Christophe Charrié : « Nos patients cotisent mais n’ont pas accès au remboursement, ont accès à un produit dont la TVA est à plus de 20 %. La troisième peine, c’est que la consultation n’est pas totalement remboursée. »


L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), qui régule le marché des médicaments à base de plantes, a toutefois acté le succès de la phytothérapie : une page dédiée à ces produits sera prochainement créée.

 

(1) Jean-Christophe Charrié est co-auteur du livre Se soigner toute l’année au naturel (éditions PRAT/Prisma) avec Marie-Laure de Clermont-Tonnerre

(2) Source : OpenHealth Company, panel temps réel des ventes en officines

(3) Source : Enquête sur la place de la phytothérapie dans la vie étudiante, pour le diplôme d’Etat de docteur en pharmacie, présentée et soutenue publiquement par Myriam de Paoli le 2 décembre 2013

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité