Publicité

QUESTION D'ACTU

Communiqué de AIDES

Truvada hors de l'hôpital : les militants contre le sida satisfaits

Marisol Touraine vient d'autoriser la dispensation de Truvada dans les CeGIDD. AIDES salue cette décision "qui facilitera l'accès de la PrEP aux populations les plus exposées" au sida.

Truvada hors de l'hôpital : les militants contre le sida satisfaits Jeff Chiu/AP/SIPA

  • Publié 12.06.2016 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans un arrêté publié le vendredi 10 juin au JO, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, autorise la dispensation de PrEP (prophylaxie pré-exposition) contre le VIH/sida dans les tout nouveaux Centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD). Cette mesure met fin à l'exception hospitalière en matière de prescription et simplifiera l’accès à cette nouvelle méthode préventive. « Un pas de plus vers la fin de l'épidémie », salue l'assocation AIDES qui milite depuis plusieurs années pour l’accès à la PrEP en France.

Autorisé depuis janvier 2016 dans l'Hexagone, le médicament Truvada a déjà été prescrit à plus de 700 personnes à haut risque de contamination, rappellent ces militants. Un début « encourageant », mais la prescription restreinte au milieu hospitalier représentait un frein à son accessibilité déploraient-ils jusqu'à présent. « Il ne suffit pas qu'un outil de prévention soit autorisé pour qu'il ait un impact sur l'épidémie », explique Aurélien Beaucamp, président de AIDES, dans un communiqué. « Il doit aussi être facilement accessible aux populations auxquelles il s'adresse », ajoute-t-il.

Pour les plus éloignés du soin

Car si la PrEP est plutôt bien identifiée par les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), les associations s'accordent pour dire qu'elle reste, en revanche, « largement méconnue et sous-utilisée » dans d'autres publics vulnérables. En particulier les publics les plus éloignés du soin : migrant-e-s, personnes trans, travailleuses et travailleurs du sexe. Davantage ancrés dans le quotidien, les CeGIDD ont l'avantage d'être plus confidentiels et plus accessibles que le milieu hospitalier.

Travaillant en lien étroit avec les associations, ces nouveaux centres de dépistage pourront donc aller à la rencontre des populations cibles afin de les informer sur la PrEP et le cas échéant, de la prescrire. « Nous accueillons très favorablement cette décision du ministère de la Santé », se réjouit Aurélien Beaucamp. « Notre association se bat depuis longtemps pour faire connaître cet outil, et pourra désormais oeuvrer à sa dispensation : à Marseille par exemple, le CeGIDD piloté par AIDES pourra bientôt ouvrir ses premières consultations PrEP », annonce-t-il.

Éviter de nouvelles contaminations 

Dépistage rapide, autotest VIH, et maintenant PrEP, les stratégies de prévention contre le sida se sont très largement modernisées et diversifiées ces dernières années se félicitent ces militants de la lutte contre l'épidémie. « Nous allons pouvoir éviter de nouvelles contaminations, dépister plus tôt les personnes, permettre un accès plus rapide aux traitements. Autant de nouvelles étapes qui nous permettront de vaincre l’épidémie de sida en France », conclut Aurélien Beaucamp.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité