Publicité

QUESTION D'ACTU

Herbicide Round Up

Glyphosate : les députés européens exigent l’abandon du vote

A Bruxelles, la commission Santé du Parlement demande aux autorités de ne pas renouveler l'autorisation du glyphosate, à quelques semaines d’un vote décisif.

Glyphosate : les députés européens exigent l’abandon du vote André van der Stouwe/Flickr

  • Publié 24.03.2016 à 11h32
  • |
  • |
  • |
  • |


Les rangs des opposants au glyphosate se gonflent. Après les associations et plusieurs Etats membres, montés au créneau contre la réautorisation du pesticide en discussion à Bruxelles, c’est au tour du Parlement européen d’émettre une alerte dans une résolution adoptée par 38 voix pour, 6 voix contre et 18 abstentions.

« Tant que les craintes subsisteront sur le caractère cancérigène et de perturbateur endocrinien du glyphosate, un herbicide utilisé dans des centaines d'outils agricoles, urbains, de sylviculture et de jardinage, la Commission ne devrait pas renouveler son autorisation », martèle la commission de l'Environnement et de la Santé (ENVI) du Parlement dans un communiqué.

Les autorités européennes doivent en effet se prononcer sur le renouvellement pour 15 ans de l’autorisation du glyphosate, utilisé notamment dans le Round Up. La proposition de vote se fonde sur des travaux commandés par l’EFSA, l’instance sanitaire de la Commission, pour laquelle le pesticide ne serait finalement pas cancérigène pour l’homme – à contre-courant de l’Organisation Mondiale de la Santé et de la plupart des recherches sur la question.

« Publier les preuves »

Pour les parlementaires, la Commission « devrait plutôt demander une étude indépendante et publier les preuves scientifiques utilisées par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) pour évaluer le glyphosate », alors qu’une forte opacité entoure ce dossier.

« Pourquoi proposer d'autoriser le glyphosate pour 15 années supplémentaires, soit la période la plus longue possible ? Il faut que ces études soient rendues publiques (…). Toute incertitude doit être évitée avant de procéder à l'approbation d'une substance si largement utilisée », ajoutent les députés, qui soulignent que la littérature scientifique semble moins optimiste que l’EFSA.

« Le secteur avance que la substance peut être totalement métabolisée ; il est désormais clair que les résidus de glyphosate sont partout – dans l'environnement, dans de nombreux produits de consommation quotidienne, dans nos corps ».
 

Rédiger un nouveau projet

« Le fait que nous devions avoir recours à une objection parlementaire montre que quelque chose n'a pas fonctionné dans le processus décisionnel », a par ailleurs déclaré le député Pavel Poc (S&D, CZ), qui a rédigé la proposition de résolution.

Le texte appelle l'exécutif européen à présenter un nouveau projet, et à publier « immédiatement toutes les preuves scientifiques qui ont servi de base à la classification positive du glyphosate et à la proposition de nouvelle autorisation, étant donné l'intérêt public d'une telle publication ».

L'Office alimentaire et vétérinaire européen devrait aussi recevoir un mandat pour tester et contrôler les résidus de glyphosate dans les aliments et les boissons, ajoute le texte.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité