Publicité

QUESTION D'ACTU

Préservation de la fertilité

Cancer : un bébé né en France grâce à la vitrification d'ovocytes

Traitée pour un lymphome en 2013, une jeune femme a pu donner naissance à une petite fille. Elise est le premier bébé français né grâce à la vitrification ovocytaire.

Cancer :  un bébé né en France grâce à la vitrification d'ovocytes Rafael Ben-Ari/Chameleo/REX/SIPA

  • Publié 20.01.2016 à 16h31
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est une première qui a de quoi réjouir. La France a célébré ce 12 janvier la naissance du premier bébé né après une vitrification des ovocytes. Cette technique de préservation de la fertilité est destinée aux personnes qui subissent un traitement contre le cancer. A ce jour, seuls 6 enfants sont nés grâce à elle dans le monde.

La maman, traitée en 2013 pour un lymphome de Hodgkin, a nommé sa fille Elise. Cette naissance a été rendue possible par la plateforme « Fertilité & Cancer », créée en 2012 par le Réseau Régional de Cancérologie OncoPACA-Corse et les Centres d’Etudes et de Conservation des Œufs et du Sperme (CECOS).

Autorisée en 2011

Les traitements du cancer, particulièrement les chimiothérapies, sont connus pour leurs effets dévastateurs sur l’organisme, y compris sur le système reproductif. Depuis 2011, les femmes qui subissent un traitement se voient donc proposer une autoconservation des ovocytes.

Ces cellules reproductrices sont ponctionnées et subissent une vitrification, c’est-à-dire qu’elles sont plongées brutalement dans un bain d’azote liquide à – 196 °C. Le sperme du compagnon est ensuite prélevé et également congelé. Puis un spermatozoïde est directement injecté dans le cytoplasme de l’ovocyte. Cette technique n’est autorisée, pour les femmes, que depuis la modification de la loi de bioéthique de 2011.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité