Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer de la prostate, santé mentale

Movember : des moustaches au service de la santé des hommes

Movember, le mois de la santé des hommes, débute aujourd'hui. Au programme : faire du sport et se laisser pousser la moustache pour sensibiliser aux pathologies masculines. 

Movember : des moustaches au service de la santé des hommes Capture d'écran Movember

  • Publié 01.11.2015 à 16h44
  • |
  • |
  • |
  • |


Après Octobre Rose, place au mois de la moustache ! Movember, le mois d'actions dédiées à la santé des hommes débute ce dimanche. Depuis 2003, cette campagne décalée vise à récolter de l'argent pour la recherche sur les pathologies masculines, comme le cancer de la prostate ou des testicules. Elle s'intéresse aussi à la santé mentale et l'inactivité physique, autres fléaux pour les hommes, et se tient tous les mois de novembre. 

L'action la plus emblématique consite pour les hommes à se laisser pousser la moustache jusqu'à décembre, et même à la tailler de manière fantaisiste. Ensuite, l'idée est de s'inscrire sur le site de la fondation Movember, de sensibiliser ses proches grâce à sa pilosité nouvelle, et de récolter des fonds en faveur de la santé des hommes.

Les femmes aussi sont les bienvenues, et cette année, un projet, baptisé MOVE les incite tout particulièrement à participer. Le défi : pratiquer une activité physique, même légère, tous les jours.

 

Un bilan exceptionnel

En France, Movember a été lancé pour la première fois en 2012 et a suscité une importante mobilisation. D'après Marc Leruste, responsable de Movember France, interrogé par PourquoiDocteur, les dons sont passés de 140 000 euros alors, à 520 000 euros l'an dernier. Plus de 27 000 personnes se sont inscrites sur le site pour participer aux différentes en 2014. Un bilan qu'il qualifie d'exceptionnel.

Marc Leruste espère une participation encore plus importante cette année, notamment de la part des femmes grâce au défi MOVE, et à des informations détaillés sur le site de Movember. « Beaucoup de gens ne réalisent pas que se laisser pousser la moustache c'est bien, parce que ça permet d'entamer les conversations. Mais pour avoir l'impact qu'on essaye d'avoir, il faut s'inscrire sur le site, pour sensibiliser les gens aux informations de santé nécessaire », souligne t-il. 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Mieux comprendre les pathologies

Grâce aux fonds récoltés, de nombreux projets peuvent être financés en France, en particulier pour mieux comprendre les maladies qui touchent les hommes. 

Par exemple, dans le cas du cancer de la prostate, un des problèmes est que l'on ne distingue pas encore bien les différents formes de cancers. Financer des projets pour mieux différencier les formes du cancer de la prostate permet d'éviter de surtraiter, et de prendre en charge les patients avec des approches individuelles. Un autre axe de recherche consiste à élaborer des systèmes de visualisation 3D de la prostate, moins invasifs que ceux dont nous disposons actuellement. 

Des médecins français bénéficient de financements issus de la campagne. Au CHRU de Lille, les travaux du Pr Arnaud Villers sur la surveillance active du cancer de la prostate sont par exemple soutenus par la fondation Movember. Il s'agit de trouver des méthodes pour surveiller et traiter le cancer sans opérer. 

Le Pr Karim Fizazi, de l'hôpital Gustave Roussy aussi est concerné. Le programme qu'il a mis en place vise à mieux comprendre le cancer des testicules, « souvent un peu oublié des chercheurs », d'après Marc Leruste. Ce cancer tue moins que celui de la prostate, mais touche 2000 hommes chaque année en France. 10 % d'entre eux décèdent des suites de la maladie. 

Dernier axe de recherche soutenu par la campagne Movember : dans la logique de l'action MOVE organisée cette année, la recherche sur les conséquences de l'inactivité physique sera particulièrement mise en avant. L'idée: étudier le lien entre mode de vie et capacité à récupérer après un cancer. 
 
 
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité