Publicité

QUESTION D'ACTU

Plan d’Action Global, financements...

Comment Movember participe à la recherche sur les cancers masculins

Chaque mois de novembre, la Fondation Movember propose de cultiver une moustache et récolter des fonds. Toute l'année, elle finance la recherche autour des cancers masculins.

Comment Movember participe à la recherche sur les cancers masculins Ghandi Jones, triple champion du monde de "Moustache Freestyle" (REX/REX/SIPA)

  • Publié 08.11.2014 à 17h41
  • |
  • |
  • |
  • |


Le mois de la moustache a commencé dans le monde entier. Movember propose aux hommes de cultiver leur moustache tout le mois pour sensibiliser leurs proches à la santé masculine. Les activités se multiplient pour évoquer cancer de la prostate, des testicules et maladies psychologiques. Et si le ton est léger, l’action est réelle : la Fondation Movember a récolté plus de 579 millions de dollars (465 millions d’euros) qu’elle investit dans la recherche contre le cancer via son Plan d’Action Global (GAP).

 

Un comité d’experts

Depuis ses débuts, la Fondation Movember a financé 800 programmes. Comment ce financement fonctionne-t-il ? Comme l’explique Movember, « une petite part des fonds collectés dans chaque pays sont alloués à un fonds global. » Le Comité scientifique global (GSC), composés d’experts du cancer de la prostate, définit un projet prioritaire. Les chercheurs qui adhèrent au programme reçoivent alors un financement « pour travailler ensemble sur une problématique définie », précise le site. Plateformes, conférences téléphoniques et réunions en personnes permettent aux spécialistes d’échanger sur l’avancée de leurs travaux.

Le cancer de la prostate est au coeur des objectifs de Movember, qui veut à la fois développer les tests de détection et les imageries pour surveiller l’évolution des tumeurs. La fondation a également investi dans des registres d’essais cliniques, notamment en Australie, au Royaume-Uni et en Irlande.

 

 

Les autorités sanitaires tempèrent

En France, le CHRU de Lille (Nord) a reçu 161 000 euros de la part de la Fondation Movember pour financer ses travaux sur le cancer de la prostate. Mais comme le souligne Europe 1, l’Institut national du Cancer (INCa) n’a pas souhaité rejoindre le mouvement. « Nous sommes beaucoup plus prudents sur le dépistage du cancer de la prostate car nous savons qu’ils exposent les hommes à un risque de surdiagnostic », précise sa présidente Agnès Buzyn à nos confrères.

La controverse est confirmée par un article paru dans le très sérieux British Medical Journal. Margaret McCartney, médecin à Glasgow, y précise que le mouvement est « en désaccord » avec les recommandations des autorités de santé. L’insistance sur les tests de dépistage est là encore dans le collimateur du Dr Mc Cartney. L'initiative a tout de même le mérite de sensibiliser aux maladies masculines et d'offrir un pendant masculin à Octobre Rose, mois dédié au cancer du sein.

 

Comment Movember a commencé

L’association a été créée en 2003, par deux amis Australiens. Ils inventent le concept de Movember : se raser le 1er novembre et cultiver sa moustache pendant le mois entier. En 2004, leur fondation invite à verser des dons, qui iront à l’Institut australien de recherche contre le cancer de la prostate.

 

 

Depuis, Movember a convaincu plus de 4 millions de « Mo Bros » et « Mo Sistas » dans 21 pays. La France a rejoint le mouvement en 2012. En 2013, le magasin GQ a remis une récompense à la Fondation, saluant ses efforts pour évoquer les cancers masculins.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité