Publicité

QUESTION D'ACTU

Renoncement aux soins

Frais dentaires : le prix dissuade 4 patients sur 10 de se faire soigner

Une étude sur les prix pratiqués par les dentistes français alerte sur le renoncement aux soins. 4 patients sur 10 abandonnent dès l'étape du devis. 

Frais dentaires : le prix dissuade 4 patients sur 10 de se faire soigner JACQUEMART/ISOPIX/SIPA

  • Publié 24.10.2015 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'an dernier à la même époque (fin octobre), le Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS) révélait dans une enquête qu'un Français sur dix était prêt à se faire soigner les dents à l'étranger pour éviter des soins trop onéreux et des délais d'attente trop longs en France.
Un an après, il semblerait que le problème ne se soit pas vraiment arrangé. En attestent les résultats d'une étude relayée par Le Parisien, menée sur 500 demandes de devis pour des soins dentaires auprès de la société Santéclair (1).

Un renoncement proportionnel à la facture

En chiffres, 38 % des patients ont renoncé aux soins un an après le dépôt d’une demande de devis, et 20 % n’en n’ont réalisé qu’une partie. Au final, moins de 45 % des malades ont été soignés conformément à la recommandation de leur dentiste. 
Comme explication, ils évoquent des soins « souvent trop chers », regrette Marianne Binst, directrice de Santéclair, dans les colonnes du quotidien. « Dès que le reste à charge, c'est-à-dire la somme à payer au bout du compte par le patient, dépasse 1 000 €, le renoncement grimpe à 60 %, démontrant un lien entre coût et abandon », précise-t-elle.

Pire encore, lorsque la facture du reste à charge du malade dépasse les 2 000 €, seul un patient sur cinq se fait soigner, au risque d'altérer ses dents encore plus. 

La Cour des comptes ouvre une enquête

Face à ces chiffres qui les accablent, les dentistes se défendent de pratiquer des tarifs prohibitifs. « Les bases de remboursement de la Sécurité sociale n'ont pas augmenté depuis vingt-sept ans », rappelle Catherine Mojaïski, présidente de la Confédération Nationale des Syndicats Dentaires (CNSD), contactée par le Parisien.
Elle rajoute : « Les tarifs des soins conservateurs (traitement des caries, détartrages...) sont gelés, contrairement aux prothèses où nous pouvons faire des dépassements d'honoraires pour faire face aux charges. Je note que le reste à charge, 2,2 milliards en dentaire, n'a pas bougé depuis 1991 », conclut-elle. En 2014, la CNSD avait même appelé les dentistes à la grève, pour dénoncer ce gel des tarifs

Suite à ces résultats, la Cour des comptes a tout de même décidé d'ouvrir une enquête afin de comprendre la valeur de ces tarifs pratiqués par la profession. Les résultats devraient être publiés dans un an.

(1) Filiale de plusieurs organismes complémentaires d’assurance maladie

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité