Publicité

QUESTION D'ACTU

Résultats expérimentaux

Coronavirus : un candidat-vaccin efficace

Un vaccin contre le coronavirus MERS (Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient) induit une réponse immunitaire chez deux modèles animaux, la souris et le singe rhésus.

Coronavirus : un candidat-vaccin efficace NEWSCOM/SIPA

  • Publié 29.07.2015 à 19h03
  • |
  • |
  • |
  • |


Des experts américains ont peut-être trouvé une arme contre le coronavirus MERS (Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient). Une équipe de l’Institut national de la santé (NIH) décrit dans Nature Communications le mode d’action d’un candidat-vaccin contre ce virus respiratoire. Les essais sur la souris et le macaque rhésus sont encourageants.

« La stratégie d’immunisation actuelle est la première à induire des anticorps neutralisant le MERS-CoV qui cible de multiples épitopes », précisent les auteurs de l’étude. Cinq candidats-vaccins ont été testés chez la souris. Tous ciblent une protéine virale, la glycoprotéine spike, qu’utilise le coronavirus pour pénétrer dans les cellules. Les vaccins fonctionnent en deux étapes : la première injection active le système immunitaire, la seconde le booste.

Des singes moins malades

Les souris vaccinées ont présenté une réponse immunitaire positive et ont massivement produit des anticorps contre plusieurs souches du MERS-CoV. Les chercheurs ont sélectionné les trois modèles les plus efficaces et les ont testés sur différents groupes de macaques rhésus. Les 18 animaux (12 vaccinés) ont été exposés au coronavirus MERS 19 semaines après la deuxième injection.

« Les macaques rhésus ne présentent pas de signes cliniques ouverts, soulignent les auteurs. Cependant, ils développent des infections des voies respiratoires inférieures, avec des infiltrations pulmonaires. » Les singes non vaccinés ont présenté des anomalies pulmonaires plus marquées que les animaux vaccinés. Cela signifie que la pneumonie est plus profonde et qu’elle dure plus longtemps sans immunisation.

L’approche est prometteuse, mais elle doit être affinée avant des essais sur l’être humain. Elle démontre toutefois la bonne compréhension du mécanisme d’action de ce coronavirus apparu en avril 2012, qui a causé 480 décès dans 35 pays.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité