Publicité

QUESTION D'ACTU

MSF Sierra Leone

Une tablette anti-Ebola pour soutenir les médecins

Une tablette qui résiste à Ebola : voici le nouvel outil testé par MSF et conçu avec la collaboration de Google. Il devrait aider les médecins à mieux suivre les patients. 

Une tablette anti-Ebola pour soutenir les médecins Jerome Delay/AP/SIPA

  • Publié 21.03.2015 à 17h21
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola, quand la technologie s'en mêle, les résultats peuvent être surprenants. La dernière innovation en date : une tablette résistante aux produits désinfectants, et pouvant être utilisée pour enregistrer les données des patients. 

« Crier » les informations

C'est à la demande de Médecins Sans Frontières (MSF), que plusieurs compagnies technologiques, dont Google, se sont rassemblées pour créer un outil qui puisse réellement apporter une valeur ajoutée au personnel de santé luttant contre Ebola en Guinée, au Libéria et en Sierre Leone. 

Le virus étant très contagieux, toutes les équipes médicales portent des combinaisons protectrices et des gants. Elles doivent désinfecter tout leur matériel après chaque utilisation et ne peuvent écrire les données utiles au suivi des patients, de crainte que les papiers ne transmettent le virus.

Au sommet de l'épidémie, cela a donné lieu à des situations très étranges, et surtout peu pratiques, dans lesquelles les médecins criaient les informations à enregistrer à des personnes restées en dehors de la zone contagieuse. Une méthode qui multipliait évidemment le risque d'erreurs médicales.

L'idée d'une tablette qui pourrait être utlisée en dépit des gants de protections, et qui résisterait à la solution à base de 0,5 % de chlorine (utilisée pour désinfecter tous les outils de travail), a donc rapidement été envisagée par MSF, mais elle n'existait pas encore sur le marché.

Recherches futures

Une telle tablette a donc été créée, avec la collaboration bénévole de Google, et actuellement testée dans les centres de soins gérés par MSF en Sierra Leone. Si les résultats sont concluants, son utilisation pourra être étendue à d'autres pays, et pourquoi pas, servir pour d'autres épidémies, par exemple de choléra. 


Ces tablettes permettent de compiler de multiples données, et d'y avoir accès plus facilement que cela ne serait possible avec des dossiers papiers. Elles pourraient donc servir d'appui dans le futur à des recherches sur la maladie, en offrant une base de données complète et fiable à la communauté scientifique. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité