Publicité

QUESTION D'ACTU

Plus de 11 000 décès

Epidémie de grippe : une surmortalité record cet hiver

Depuis le début de la surveillance de la grippe, le nombre de cas admis en réanimation a dépassé celui observé pendant la pandémie de 2009-2010. L'épidémie de cette année est celle de tous les records.

Epidémie de grippe : une surmortalité record cet hiver PFG/SIPA

  • Publié 20.03.2015 à 08h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Cette 13e épidémie de grippe la plus importante sur les 30 dernières années aura été celle de tous les records en France. En 9 semaines, ce sont en effet 2 860 000 personnes qui auraient consulté un médecin généraliste pour syndromes grippaux. Pire encore, cette épidémie a frappé durement les personnes âgées et contribué à une surmortalité hivernale record (+19 %), aujourd'hui estimée à 11 400 décès, selon le dernier bilan de l'Institut de Veille Sanitaire (InVS).


Encore 10 % des consultations de SOS Médecins
Dans ce même document, l'InVS relève aussi que le nombre de cas graves admis en réanimation depuis le 1er novembre s'élève à 1 411 personnes (dont 186 sont mortes), soit plus que celui observé pendant la pandémie grippale de 2009-2010.
Une nouvelle rassurante toutefois pour les Français, l'incidence des syndromes grippaux est en baisse depuis 5 semaines. Pour preuve, la semaine dernière, le taux d'incidence de ces cas vus en consultation de médecine générale a été estimé à 169 cas pour 100 000 habitants (soit 109 000 nouveaux cas). C'est largement moins que les semaines précédentes, mais toujours au-dessus du seuil épidémique fixé à 131 cas pour 100 000 habitants.

Fin de l’épidémie proche
Même son de cloche du côté de SOS médecins qui affirme aussi que la proportion de consultations pour grippe diminue et représente désormais moins de 10 % des consultations dans toutes les régions en France métropolitaine. D’après les modèles statistiques de ces urgentistes, le taux d’incidence pourrait même passer sous le seuil épidémique dès la semaine prochaine.

 

0,4 % d'hospitalisations parmi les patients
Un "ouf" de soulagement pour certaines régions françaises dont les taux d'incidence observés restent encore très élevés. C'est le cas particulièrement de l'Auvergne (265 cas pour 100 000 habitants), la Bretagne (256) et Rhône-Alpes (249). Une majorité des régions continue donc de présenter un taux d'incidence supérieur au seuil épidémique national, souligne l'InVS.
Enfin, les tableaux cliniques rapportés par les médecins Sentinelles dans ces territoires ne présentaient pas de signe particulier de gravité : le pourcentage d'hospitalisations a ainsi été estimé à 0,4 %.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité