Publicité

QUESTION D'ACTU

Hôpital : les urgences au bord du burn-out

Une note confidentielle des services de renseignement évoque des urgences « au bord de l’implosion ». En cause, la saturation des hôpitaux et des soignants.

Hôpital : les urgences au bord du burn-out CHAMUSSY/SIPA

  • Publié 12.03.2015 à 09h47
  • |
  • |
  • |
  • |


Les urgences sont sous tension. Une note confidentielle du service central du renseignement territorial, dévoilée ce mardi par le quotidien le Parisien-Aujourd’hui en France, dresse le tableau des services d’urgences « confrontés à la saturation ».

« Joutes verbales », « insultes des patients »… Autant de situations violentes auxquelles les soignants hospitaliers doivent faire face. Pour les auteurs de cette note, ces tensions sont liées à « une dégradation de la qualité d’accueil ». Ils évoquent un facteur aggravant pour cet hiver : la grippe. Avec plus de 2 millions de personnes touchées cette année, le personnel hospitalier est débordé.

Stress, épuisement

Cette note adressée au Président de la République, au ministre de l’Intérieur et à la ministre de la Santé, met en avant des conditions de travail propices au « stress et à l’épuisement ». Un constat qui a pourtant fait naître « un certain mécontentement qui s’est caractérisé par quelques rassemblements dans l’Hexagone », rappellent les auteurs.

Selon le Parisien-Aujourd’hui en France, la note évoque le cas de plusieurs hôpitaux, dénonçant l’engorgement des urgences et le manque de lits, tels que les urgences de Lens en grève depuis le 18 février, le centre hospitalier régional d’Orléans où le personnel paramédical a annoncé une grève illimitée depuis le 1er mars ou encore l’hôpital du Mans où le mouvement se poursuit depuis plus d’un mois.

Point de rupture

Face à la colère qui gronde parmi les professionnels de santé, les auteurs rappellent que, « compte tenu de la fragilité économique des établissements hospitaliers et des annonces de restrictions budgétaires, quelques mouvements de protestation pourraient prendre corps. »

Mais malgré l’engagement de Marisol Touraine cette semaine à ne pas supprimer de postes et l’accord signé le 23 décembre instaurant la rémunération des heures supplémentaires au-delà des 39 heures, les professionnels de santé sont loin d’être rassurés.

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité