• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Anti-dépresseurs au volant : 2 virages sont dangereux


  • Publié le 01.01.2040 à 00h00
  • |
  • |
  • |
  • |


 Anti-dépresseurs et conduite automobile ne font pas bon ménage, selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

La prise d’antidépresseurs entraîne effectivement selon cette agence, un risque accru d’accidents de la route et en particulier à deux moments différents : au début du traitement, quand on commence à prendre les médicaments, mais aussi lors de toute modification de ce traitement, que ce soit un changement de dose ou encore de produit.

 

Des notions qui étaient déjà connues pour d’autres médicaments comme les anxiolytiques ou les somnifères et qui aujourd'hui s'étendraient aux anti -dépresseurs ?

Ces résultats concernant les anti-dépresseurs, proviennent de l’examen de près de 73 000 conducteurs impliqués dans des accidents corporels  de la route entre 2005 et 2008. Et pour les 3 000 conducteurs qui avaient pris au moins un anti-dépresseur la veille de l’accident, le risque d’accident était accru de 34%. Mais pire : cette majoration du risque grimpe à 49% au moment de la mise en route du traitement.

 

Mais on peut se poser la question de savoir si ce n’est pas la maladie elle -même, la dépression, qui entraîne cette augmentation du risque d’accident de la route ?

Non, l’étude est faite pour ne pas tenir compte de la maladie elle-même qui représente un risque en plus. C’est simple : les moments à risque avec les anti-dépresseurs se situent surtout à la mise en route du traitement et lors des modifications de posologie. Et les médecins comme les pharmaciens devraient sensibiliser les personnes qui absorbent ces médicaments au risque auquel ils s’exposent quand ils prennent le volant surtout à ces 2 étapes clés du traitement.

 

Mais les boîtes de ces médicaments dangereux pour la conduite, comportent des pictogrammes qui déjà alertent ?

Dès qu’un médicament altère la vigilance , un  pictogramme est apposé sur sa boîte. Il est de couleur orange pour tous les anti-dépresseurs, soit de niveau 2 sur une échelle qui en comporte 3. Et le risque pour la conduite est également augmenté quand on prend plusieurs médicaments de ce type et surtout si on y ajoute un peu d’alcool. Pas question pour autant d’arrêter un traitement anti-dépresseur avant un long trajet en voiture, les résultats seraient encore plus catastrophiques.

 

 

 

Référence : 

"Consommation d'antidépresseurs et risque d'accident de la route : une vigilance particulière est requise lors de l'initiation ou de la modification du traitement" - Communiqué de l'ANSM, 29 août 2012.

http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Consommation-d-antidepresseurs-et-risque-d-accident-de-la-route-une-vigilance-particuliere-est-requise-lors-de-l-initiation-ou-de-la-modification-du-traitement-Communique

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité