>
>
Urticaire : une maladie le plus souvent inflammatoire

Urticaire : une maladie le plus souvent inflammatoire

Urticaire : une maladie le plus souvent inflammatoire
© Inserm/Nicolas, Jean-François
serimedis.inserm.fr

L’urticaire est une réaction inflammatoire de la peau à l’origine de plaques rouges et de démangeaisons. Ces signes apparaissent en réponse à de multiples causes, dont l’allergie, qui n'est pas la cause la plus fréquente.

Urticaire : COMPRENDRE

Des mots pour les maux

L’urticaire est une maladie inflammatoire de la peau .
Les plaques rouges sont appelées « érythème » par les médecins. Ceux-ci parlent aussi de « prurit » quand il y a des démangeaisons.
L’urticaire est liée à de multiples causes. Elle peut se voir au cours d’une allergie, mais celle-ci n’en est qu’une des causes.
L’urticaire évolue par crises ou poussées.

Qu’est-ce que l’urticaire ?

L’urticaire est une maladie inflammatoire de la peau qui se traduit par des épisodes de plaques rouges et de démangeaisons sur la peau. Ces épisodes sont des poussées ou des « éruptions cutanées ».
Au cours de chaque éruption, les plaques sont rouges ou rosées, arrondies, en relief (« papules ») et bien limitées. Elles sont souvent associées à des démangeaisons (« prurit »), comme après une brûlure d’orties. Les lésions d'urticaire ont pour caractéristiques de changer de place au fil des heures en dessinant des cercles ou des arabesques rouges sur la peau.
L’éruption touche généralement la surface de la peau, mais elle peut parfois s’étendre en profondeur ou gagner le revêtement des orifices du visage : les muqueuses. Les lésions prennent alors un aspect particulier, devenant plus boursouflées ou œdémateuses alors que les rougeurs sont moins importantes. On parle alors « d’œdème de Quincke » ou « d’angio-œdème ». Cette forme d’urticaire siège principalement sur le visage : paupières, lèvres, bouche et gorge (luette et pharynx). Quand l’urticaire touche la gorge, le risque est que l’œdème et son gonflement entraînent une gène à la respiration.
La réaction de la peau (ou des muqueuses) est provoquée par l’activation de cellules immunitaires qui sont normalement présentes au niveau des couches superficielles de la peau : les « mastocytes ». Lorsque les mastocytes sont au repos, la peau est normale, mais lorsqu'ils sont activés par certains facteurs, ils vont libérer des substances, et en particulier l'histamine, substances qui vont déclencher la crise d’urticaire.
L’urticaire est donc secondaire à l’activation des mastocytes, une catégorie de globules blancs qui participent aux défenses immunitaires de la peau. Ces mastocytes contiennent des granules remplis d’histamine, une molécule habituellement impliquée dans le déclenchement des réactions inflammatoires. Lorsque les mastocytes sont activés, l’histamine est libérée (« dégranulation des mastocytes »), les vaisseaux sanguins se dilatent et leur perméabilité augmente. Du liquide et des cellules pénètrent alors dans les tissus environnants, provoquant un gonflement (« œdème »).
En général, les crises sont brèves (quelques heures à quelques jours) et isolées, mais l’urticaire peut aussi s’établir de façon chronique. Les crises d’urticaire sont aussi appelées « poussées ». Les médecins parlent d’urticaire de forme aiguë lorsqu’il n’y a qu’une seule poussée, mais si les poussées ont tendance à récidiver, on parle d’urticaire récidivante. L’urticaire chronique est définie par des poussées répétées, quasi-quotidiennes, sur une durée d’au moins six semaines. Ces manifestations peuvent être associées à des douleurs du ventre et des articulations, et à un peu de fièvre.

Qu’est-ce qu’un œdème de Quincke ?

Le terme d'œdème de Quincke décrit une forme particulière d’urticaire qui affecte des tissus profonds de la peau ou la membrane de revêtement des orifices du visage que l’on appelle les muqueuses. Les médecins peuvent utiliser un autre terme : l’angio-œdème. L'atteinte des tissus profonds de la peau donne un aspect différent de celui de l'urticaire typique : le gonflement (« œdème ») prédomine souvent sur la rougeur (« l’érythème »), qui peut même être absente.
Les angio-œdèmes les plus fréquents siègent au niveau du visage, et en particulier des paupières et des lèvres, avec des gonflements et des déformations parfois impressionnantes. Ces œdèmes peuvent cependant toucher toutes les parties du corps avec une prédilection pour les extrémités (mains, pieds).
Lorsque cet œdème touche la bouche, la langue et les cordes vocales, il entraîne une modification de la voix. Lorsqu'il affecte la gorge, il peut exister une gêne pour avaler et surtout pour respirer, ce qui représente le risque principal et oblige à consulter en urgence.
La durée d'évolution d’un angio-œdème est généralement un peu plus longue que celle de l'urticaire typique. Leur survenue ne préjuge pas d'une cause particulière.

A quoi sont dues les crises d’urticaire ?

Les causes de l’urticaire sont extrêmement nombreuses et, le plus souvent, l’urticaire n’a pas une cause unique : il existe une conjonction de facteurs.
L’urticaire allergique est associé à un terrain atopique et ne représente qu’une minorité des urticaires. L’urticaire allergique implique des anticorps IgE qui sont spécifiques d’un allergène et ces IgE sont fixés sur un récepteur à la surface des mastocytes cutanés. La fixation de l’allergène sur les IgE induit donc immédiatement l’activation ou la « dégranulation mastocytaire ».
Les urticaires allergiques sont donc des urticaires aiguës et explosives qui sont associées à une activation mastocytaire généralisée : celle-ci va être responsable de signes généraux très intenses (fatigue, malaise) et, quand le contact avec l’allergène est répété, d’un risque de choc anaphylactique (allergie généralisée grave avec chute de la tension artérielle).
L’urticaire aigu se déclenche en réaction à un contact de la peau (ou d’une muqueuse) à un aliment, une substance ou à son exposition à des conditions physiques particulières (frottement, froid, chaleur).
Parmi les aliments, l'arachide, les fruits à coques (noix, noisettes, amandes…), les œufs, le lait de vache sont les plus fréquemment en cause chez le nourrisson et le jeune enfant alors que les fruits de mer, les poissons, les fruits à coques et les fruits à noyaux sont souvent incriminés chez l'adulte. Il existe également des urticaires aux additifs alimentaires.
Parmi les médicaments, les antibiotiques et notamment les pénicillines sont les principaux responsables d'urticaire aiguë allergique, mais le nombre de molécules est très important.
L'allergie aux venins concerne essentiellement les guêpes et les abeilles.
Dans la petite enfance, l’urticaire aigu peut se déclencher dans un contexte d'infection virale telle une bronchite, une angine, une otite ou un simple rhume.
Le nombre de molécules qui peuvent être responsables d’une urticaire est si nombreux (dont les additifs alimentaires) qu’il est préférable que l’enquête soit faite par un spécialiste.
L’urticaire chronique n’est pas une maladie allergique mai plutôt une maladie inflammatoire qui est essentiellement liée à des médicaments ou des infections. Certaines maladies sont parfois à l’origine de crises d’urticaire. Il en est ainsi de certaines maladies auto-immunes, comme le lupus érythémateux dissémine, les hyperthyroïdies ou la maladie de Still, ou de certaines néoplasies comme les cancers du sang ou les tumeurs solides.
L’urticaire physique est la forme d’urticaire la plus fréquente. En général, les manifestations s’arrêtent lorsque l’élément déclenchant est supprimé. Cet élément déclenchant est extrêmement varié.
Une forme d’urticaire déclenchée par la friction de la peau est appelée « dermographisme ». Les plaques cutanées retracent alors le trajet de la friction et peuvent être reproduite lors de l’examen.
Lors de l’urticaire retardée à la pression, les lésions apparaissent quelques heures après une pression importante (port d’un sac en bandoulière, vêtements serrés, port d’outils, marche longue). Les lésions sont souvent douloureuses et mettent plusieurs jours à disparaître.
L’urticaire au froid atteint les parties du corps découvertes et exposées aux intempéries ou à l’eau froide. Dans certains cas, elle peut être induite par l'ingestion d'aliments ou de boissons glacés.
Certaines urticaires sont déclenchés par le soleil, la chaleur, l’effort et les vibrations (utilisation d'un objet vibrant, applaudissements, pratique du vélo tout terrain...).

CONSULTATION >>
Sur le même sujet :
Nous les femmes
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit