Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer : le combat des patients pour le droit à l'oubli


  • Publié 07.07.2015 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


En cette journée mondiale de lutte contre le cancer, de nombreux chiffres sont diffusés au sujet de la maladie : incidence, nombre de nouveaux cas, cancers les plus meutriers, etc. Et puis celui des guérisons. Dans son dernier rapport, l'Institut national du cancer (INCa) indique que, pour certains cancers, le taux de survie à cinq ans dépasse les 95 %. Mais pour ceux qui parviennent à surmonter la maladie, la guérison ne marque pas la fin du combat.

 

Comme l'explique La Croix, pour certains patients, le cancer peut parfois ressembler à un « boomerang » qui leur reviendrait en pleine figure cinq ou dix ans après l'annonce de leur guérison. Non pas parce que la maladie ressurgit, mais parce que ces anciens malades restent catalogués par les assurances comme à risque, avec les conséquences financières majeures que cela suppose.

Le quotidien consacre une double page au délicat problème du "droit à l'oubli", que réclament les associations de patients et qu'avait promis François Hollande en 2014 lors de la présentation du nouveau plan cancer. Le Président avait à cette occasion dénoncé la « fatalité » qui pèse sur beaucoup d'anciens malades qui, une fois guéris, ne parviennent pas à obtenir de prêt bancaire.

 

La Fédération française des sociétés d'assurances souligne pour sa part que la convention dite Aeras mise en place en 2006 leur permet de fournir une proposition d'assurance à 97 % des demandeurs en quête d'une assurance pour leur prêt bancaire.

Des chiffres que les associations de patients ne contestent pas, mais qui masqueraient selon elles une bonne partie de la réalité. Car dans 70 % des cas, les propositions faites comprennent des surprimes, jusqu'à 1 000 %, rapporte un témoin dans La Croix. Parfois, c'est aussi une couverture incomplète des risques qui est proposée. Et 3 % des demandeurs essuient un refus.

 

L'heure est encore aux discussions entre les assureurs, les associations de patients, les médecins et le gouvernement, et Agnès Buzyn, présidente de l'INCa, espère qu'elles permettront d'aboutir à un accord dans les prochains mois. Elle rappelle cependant que François Hollande avait prévenu que, si ces négociations n'étaient pas fructueuses, ce serait au gouvernement de légiférer pour enfin accorder aux patients ce droit à l'oubli qui conditionne le retour à une « vie normale ».

 

 Première publication le : 4 février 2015

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité