Publicité

QUESTION D'ACTU

Journée mondiale contre le cancer

Infographie. L'évolution des cancers en France

L’incidence et la mortalité restent élevées, mais le traitement progresse. Et  le cancer laisse des séquelles plus de deux ans après le diagnostic.

Infographie. L'évolution des cancers en France AP Photo/Gerry Broome/SIPA

  • Publié 04.02.2015 à 12h52
  • |
  • |
  • |
  • |


Mieux dépisté, mieux traité, le cancer reste un sujet d’étude quotidien. A l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer, l’Institut national du Cancer (INCa) dresse le bilan de l’année 2014. Alors que l’incidence du cancer recule chez les hommes (- 1,3 %), elle poursuit sa progression à un rythme moins marqué chez les femmes (+ 0,2 %).

Cancer est de moins en moins synonyme de longs séjours à l’hôpital. L’immense majorité des cas sont traités par chimiothérapie, réalisée en hôpital de jour. Les chirurgies se faisant moins invasives, elles permettent aussi une prise en charge ambulatoire. D’ailleurs, ce type d’hospitalisation a progressé de 28 % en cancérologie.

Malgré les progrès en termes de traitement, la mortalité des patients reste variable. Le mésothéliome pleural et le cancer du foie restent extrêmement virulents, tandis que les cancer des testicules ou de la thyroïde sont de mieux en mieux guéris.

 

355 000 nouveaux cas par an

Le cancer de la prostate continue de dominer largement chez l’homme, tout comme le cancer du sein chez la femme. En deuxième position, un cancer qui pourrait le plus souvent être évité, celui du côlon-rectum.

 

Nombre de nouveaux cas de cancer en 2014 

 

Source : Institut national du Cancer

 

La sélection de pourquoidocteu

Cancer de la prostate : un test pour éviter la moitié des traitements

Octobre rose : les 5 questions que vous vous posez sur le cancer du sein

Cancer colorectal : le dépistage organisé améliore la détection précoce

 

148 000 décès annuels

Le cancer est la première cause de mortalité en France. La progression est particulièrement marquée chez les femmes (+ 20 % en 32 ans vs + 11 %).

 

Mortalité par cancer en 2014

Source : Institut national du cancer

 

La sélection de pourquoidocteur 

Le cancer du poumon augmente chez les non-fumeurs

Cancers : la plupart des personnes ne connaissent pas les signes d’alerte

 

Des pronostics variables

 

 Les cancers dont l’incidence et la mortalité progressent sont le cancer du poumon chez la femme, le mélanome cutané et le cancer du système nerveux central chez les deux sexes.

 Les cancers dont l’incidence progresse mais la mortalité recule sont le cancer du sein chez la femme et celui de la prostate chez l’homme. Ils sont de plus en plus diagnostiqués, mais la prise en charge précoce permet d’assurer une bonne survie.



 Les cancers dont la mortalité et l’incidence baissent sont les cancers de l’œsophage et du col de l’utérus chez la femme, les cancers de l’œsophage ou des voies aéro-digestives supérieures chez l’homme.

La sélection de pourquoidocteur :

Cancer du poumon : pourquoi la mortalité grimpe chez les femmes

Le mélanome touche plus les femmes mais tue plus les hommes

 

Mortalité par cancer

Les disparités géographiques sont importantes, pour les hommes comme les femmes. Le Nord, l’Est, l’Île-de-France et la Bourgogne portent le plus lourd fardeau féminin. Les hommes, eux, meurent plus dans le Nord, le Nord-Est, le Nord-Ouest et le centre. Les régions alpines, elles, sont les plus épargnées.

 

Répartition de la mortalité par cancer en France 


 

La sélection de pourquoidocteur :

Santé : de quoi souffre-t-on dans les régions françaises ?

 

Les chiffres du cancer

44 000 patients C’est le nombre de patients inclus dans des essais cliniques en cancérologie. C’est une forte progression depuis 2008 (+ 102 %) avec une forte participation des organismes caritatifs.

 

3 personnes sur 5 disent avoir conservé des séquelles de leur cancer, deux ans après leur diagnostic, sur le plan physique mais aussi psychologique.

 

61 % C’est le taux d’emploi après un cancer. La situation des personnes atteintes de la maladie se dégrade considérablement en deux ans… alors que la poursuite du travail est possible.

 

La sélection de pourquoidocteur :

L’après cancer souvent mal vécu par les patients

Cancer : 4 000 malades témoignent de leur vie deux ans après le diagnostic

Cancer : l’avenir des thérapies ciblées se dessine

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité