Publicité

QUESTION D'ACTU

Smartphones, applications,

Applis : les médecins de plus en plus connectés

L'Observatoire des usages numériques en santé révèle que les smartphones sont de plus en plus utilisés par les médecins, en particulier pour l’information et la prescription.    

Applis : les médecins de plus en plus connectés BORDAS/SIPA

  • Publié 16.02.2015 à 19h17
  • |
  • |
  • |
  • |


Quelle utilisation les médecins font-ils des smartphones ? C'est la question à laquelle répond le 3ème baromètre Vidal-CNOM (1) qui a sondé 2 154 praticiens. Première conclusion de cette enquête, les smartphones sont de plus en plus utilisés par les praticiens.

Les médecins friands des sites d'actualités santé
Les principaux résultats de cette nouvelle édition montrent notamment que les médecins utilisent de plus en plus leur smartphone pour aller sur internet (94 %), y compris en consultation (19 %). Ils l’utilisent aussi de plus en plus pour établir leur prescription : 64 % en 2014, contre 34 % seulement en 2012. Précision importante, plus de la moitié d’entre eux souhaiteraient pouvoir disposer d’une fonctionnalité leur permettant d’accéder à leur logiciel médical.


S'agissant de l'information qu'ils viennent chercher, les sites professionnels les plus consultés par les médecins sur leur smartphone sont les sites de bases de données médicamenteuses (77 % en 2014, contre 45 % en 2012). Suivent les sites d’actualités médicales (59 %, contre 42 % en 2012) et les sites de formation médicale continue. A l’inverse, les sites des institutions sont de moins en moins fréquentés.
Enfin, près d’un médecin interrogé sur 4 consulte les réseaux sociaux à partir de son smartphone (88 % Facebook, 32 % Twitter et 32 % LinkedIn). Peu le font cependant au cours de la consultation (11 %).

Des inquiétudes sur la sécurisation des données
Par ailleurs, les médecins déclarent de plus en plus utiliser des applications médicales sur leur smartphone. Mais leurs usages semblent se modifier sensiblement : la plupart des applis citées dans l’Observatoire depuis 2012 (« anatomie », « données biologiques », « équivalences étrangères », « interactions médicamenteuses ») sont moins utilisées. Seules les applications « bases de données médicamenteuses » restent en progression.
Pourtant, même s'ils confient être toujours plus accros à Internet, plus d’un quart (27 %) des médecins utilisateurs d’applications professionnelles s’inquiètent aussi de la sécurisation de leurs données personnelles, quelle que soit l’application.
Cette inquiétude n'empêche toutefois pas les médecins de conseiller de plus en plus d’applications mobiles à leurs patients, en particulier pour le suivi de la glycémie (19 %), des conseils nutritionnels (11 %) et le suivi tensionnel (9 %). Ils commencent aussi à conseiller des objets connectés « santé/bien‑être » à leurs patients (tensiomètre, glucomètre, podomètre en tête).

Les conseils digitaux se développent avec les patients
Enfin, la plupart (86 %) des médecins sondé échangent fréquemment avec leurs confrères par mails. Et le Dr Jacques Lucas, vice-président du CNOM et délégué général aux systèmes d'information en santé, de commenter ce constat en indiquant qu’il « serait assez paradoxal que les médecins s’inquiètent de la sécurisation de leurs données personnelles et n’aient pas le même souci pour les données identifiantes de santé qui transitent par messagerie, c’est sans doute pour cela que près de la moitié d’entre eux utilisent maintenant des messageries sécurisées. »

(1) Conseil National de l'Ordre des Médecins


 

 

 

 




 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité