• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Sevrage tabagique

Une journée mondiale qui motive les fumeurs

La Journée mondiale sans tabac incite les fumeurs à se libérer de leur dépendance. Une étude révèle que les recherches d'information sur internet augmentent de 80%. Les spécialistes confirment cet élan.

Une journée mondiale qui motive les fumeurs DAMOURETTE VINCENT/SIPA

  • Publié le 31.05.2012 à 08h42
  • |
  • |
  • |
  • |


Il y a plus de vingt ans, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) lançait l'idée d'une Journée mondiale sans tabac pour sensibliser l'opinion aux ravages de la cigarette. Auijourd'hui, les thèmes choisis ciblent non pas les victimes mais les responsables. Ce 31 mai, l'OMS dénonce « L’interférence de l’industrie du tabac » pour  contrecarrer ses agissements toujours plus agressifs.

Il faut dire que beaucoup a déjà été fait en direction des fumeurs: photos chocs sur les paquets de cigarettes, campagnes de pub et d’information. L'augmentation des prix et l'interdiction de fumer dans les lieux publics ont complété cette guerre contre le tabac. Alors, cette nouvelle journée peut-elle encore apporter quelque chose ? A t-elle un impact sur les 15 millions de fumeurs que compte la France?
Oui, répondent les enquêteurs du programme d'informatique du Centre hospitalier pour enfants de Boston et de l’école de santé publique Johns Hopkins Bloomberg. Ils  viennent de publier les résultats de leurs travaux  dans la revue Journal of Medical Internet Research. C’est grâce à internet que ces chercheurs ont mis en évidence l’impact significatif de la Journée sans tabac. En surveillant la toile, ils ont constaté que le 31 mai, le nombre de recherches faites par les particuliers concernant le sevrage tabagique et les différents moyens d’arrêter de fumer explosait. Un boom de plus de 80% par rapport à une journée classique.
« Après 25 ans, nous ne savions pas si la Journée mondiale sans tabac avait un impact significatif pour la santé publique, a déclaré John W. Ayers, auteur principal de l'étude. Etant donné la prolifération des journées de sensibilisation, nous avons été surpris de trouver ces grands pics de recherches vers l'intérêt du sevrage».

Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue et Président de l’Office français de lutte contre le tabagisme : « L’impact de la journée n’est pas que sur internet, chaque année, on a aussi un pic d’appel sur tabac info service début juin. »



Pour les spécialistes, la Journée mondiale sans tabac reste donc un formidable outil de sensibilisation et de motivation pour les fumeurs, même si ce n’est pas forcément ce jour là qu’ils arrêtent. C’est au moins un moment où ils vont s’interroger sur la méthode à adopter pour atteindre leur objectif.
Le profil des fumeurs détermine la stratégie de sevrage tabagique. Pour les fumeurs occasionnels, ceux qui ne fument pas forcément tous les jours, et surtout pas dans la 1ère heure qui suit le réveil, le tabac représente plus un comportement, qu’une véritable addiction. Pour cette catégorie de fumeurs, les moins nombreux, l’arrêt peut se faire presque naturellement, sans aide médicale.
Les autres, ceux qui constituent la grande majorité, sont des dépendants tabagiques. Les traitements contre le tabac, comme les substituts nicotiniques sont fortement conseillés. ils permettent de diminuer de manière efficace les signes de sevrage. Bien utilisés et en association avec les conseils d’un professionnel de santé, ils multiplient par 3 les chances de succès.

Des chiffres encourageants, qui ont pourtant étaient mis à mal récemment dans une étude publiée dans la revue Tobacco Control. Cette dernière montrait que les gommes et les patchs à la nicotine n’étaient pas efficaces. Ces chercheurs n’avaient constaté aucune différence entre ceux qui avaient utilisé des substituts nicotiniques durant plus de dix semaines et ceux qui n’avaient rien pris.

Pr Bertrand Dautzenberg : « Cette étude est débile et malhonnête, elle n’évaluait pas l’efficacité des traitements, uniquement la capacité de rechute. »



Pour ceux qui ne parviendraient à arrêter le 31 mai, pas de panique. Les médecins le disent, pour que le sevrage tabagique fonctionne, il peut être intéressant que ce soit le fumeur lui-même qui définisse « sa date ». D’après les spécialistes, les patients sont nombreux à décider d’éteindre leur dernière cigarette le 31 décembre. Sinon, l’autre date préférée des fumeurs pour arrêter est souvent le 1 er septembre, juste après les vacances d’été.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES