Publicité

QUESTION D'ACTU

Niveau de la substitution au plus bas

Génériques : baisse historique du marché en juillet

La décroissance du marché du générique observée au 1er trimestre 2014 se confirme, avec une chute en valeur de 11 % et en volume de 4,6 % notée en juillet. Il s’agit d'une baisse historique depuis 2012. 

Génériques : baisse historique du marché en juillet DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 14.09.2014 à 17h01
  • |
  • |
  • |
  • |


Il faudrait augmenter les prescriptions de génériques de 40 à  60 %, selon Frédéric Van Roekeghem, le directeur général de l'Assurance maladie. Selon lui, cela permettrait une économie de 500 millions d’euros, a-t-il déclaré récemment sur RTL. Pourtant, même si la plupart des médecins en prescrivent, certains continuent de s’y opposer, en utilisant de façon abusive la mention « Non Substituable ». Résultat, ce marché est en berne.

Le niveau de la substitution au plus bas
En effet, dans un communiqué de presse publié vendredi, l'association « Générique Même Médicament » (1), qui réunit 14 industriels du médicament générique, constate avec inquiétude la décroissance du marché du générique, « avec une baisse en valeur de 11 % et en volume de 4,6 % notée en juillet; il s’agit de la plus importante baisse du marché en volume depuis la mise en place (en 2012) de la mesure "tiers-payant contre générique" ». 
« Le niveau de la substitution a également chuté à 75,1 %, son niveau le plus bas depuis le début de l’année », pousuit le GEMME.
Des chiffres inquiétants pour ces industriels car ils confirment une baisse déjà observée au premier trimestre 2014. Fin avril, ces entreprises pharmaceutiques annonçaient déjà une baisse du marché du médicament générique de 2 % en volume et de 8 % en valeur sur le premier trimestre 2014.

Un potentiel d’économies de 5 Milliards d’euros par an
Pour le GEMME, ces chiffres sont un avertissement pour le gouvernement « alors que le PLFSS 2015 qui sera discuté en octobre, s’inscrit dans un contexte budgétaire particulièrement contraint. »
L'association estime ainsi que le développement du médicament générique est plus que jamais la solution pour permettre des économies de grande ampleur. » Elle rappelle que si le médicament générique était utilisé dans les mêmes proportions qu’en l’Allemagne et au Royaume-Uni, 2,4 milliards d’euros supplémentaires seraient économisés chaque année sur les dépenses de médicaments. « Cela représente un potentiel d’économies de 5 Milliards d’euros par an », estime-t-elle.

Moins d'un Français sur dix refuse les génériques
Et selon le dernier rapport de la Drees (2) publié il y a quelques jours, les patients sont prêts à cette évolution. Dedans, 80 % des français se sont déclarés favorables à « modifier les habitudes des médecins pour qu’ils prescrivent moins de médicaments et d’examens, ou des médicaments et des examens moins chers. »
Et selon une enquête récente menée auprès de plus de 1 000 personnes, les Français mettent en pratique ces bonnes intentions. Elle révélait en effet que si le pharmacien propose un générique à la place du médicament original prescrit par le médecin, 60 % des Français acceptent de le prendre « volontiers ». Ils sont seulement 20 % à le prendre « avec une certaine réticence » et 12 % affirment que « cela dépend du médicament ». Enfin, seuls 8 % disaient le refuser.  

(1) Les laboratoires Arrow, Biogaran, Cristers, Delpharm, EG Labo, Hospira, H2 Pharma, Médis, Ranbaxy, Sandoz, Substipharm, Teva, Venipharm et Zydus soit 90% des acteurs

(2) La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques



 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité