Publicité

QUESTION D'ACTU

Selon le président du laboratoire Gilead

EXCLUSIF Hépatite C : le prix du nouveau médicament va baisser

Alors que le laboratoire Gilead est en train de négocier le prix du nouveau médicament Solvadi, 5 députés de la majorité demandent au fabricant de baisser le prix actuel, jugé exorbitant.

EXCLUSIF Hépatite C : le prix du nouveau médicament va baisser Paul Sakuma/AP/SIPA

  • Publié 08.07.2014 à 20h01
  • |
  • |
  • |
  • |


« Le prix de Solvadi va baisser », c’est ce que vient de déclarer Michel Joly, président du laboratoire pharmaceutique américain Gilead, contacté par pourquoidocteur. En pleine négociation sur le prix de ce nouveau médicament contre l’hépatite C, cinq députés de la majorité viennent de lui écrire (1), afin qu’il baisse le prix de Solvadi. Il s’agit en effet d’un médicament innovant, qui permet de guérir les malades dans plus de 90% des cas. De plus, ce sont des comprimés par voie orale, très bien tolérés alors que les précédents traitements se faisaient par injection et présentaient de nombreux effets indésirables. La durée du traitement est également plus courte, 3 mois contre 12 à 24 mois précédemment. Beaucoup d’avantages donc, mais un inconvénient majeur, son coût.

Un coût de fabrication de 200 euros
Il faut compter environ 56 000 euros par patient. Or, selon les députés, son prix de revient est de 200 euros, ce qui reviendrait donc à le faire payer 280 fois plus cher. Pour Michel Joly, cette lettre des députés est l’occasion de s’expliquer sur ces questions. « On ne peut pas résumer la rentabilité au seul coût de fabrication d’un médicament, cela n’a pas de sens, explique-t-il. Il faut prendre en compte l’investissement de la recherche, le nombre de molécules développées et finalement abandonnées. Mais notre souhait est que les patients puissent accéder au traitement. Nous voulons un prix européen, et celui-ci va baisser ».  En Allemagne par exemple, le coût est de 49 000 euros pour 12 semaines de traitement. Mais selon le député de Haute-Garonne, Gérard Bapt, un des signataires du courrier, ce n’est pas seulement la recherche, mais les stratégies d’acquisition de sociétés qui font grimper les prix.

Ecoutez Gérard Bapt, député de Haute-Garonne : « Le laboratoire Gilead a racheté une start-up détentrice du brevet pour 11 milliards de dollars. L’Assurance maladie et les assurés sociaux n’ont pas à supporter le coût de cette acquisition »




Au vu du coût des traitements, la question est aujourd’hui de savoir s’il faut traiter tous les patients. La Haute Autorité de santé vient de publier ses recommandations et estime qu’il n’y a pas d’intérêt individuel à initier immédiatement un traitement. L’avantage serait en revanche collectif, dans le but de limiter la propagation du virus. La HAS recommande, en revanche, de traiter d’emblée les malades atteints de forme sévère. L’hépatite C se caractérise, en effet, par une évolution lente, depuis le stade F0 sans symptôme, au stade F4 qui correspond à la cirrhose.

Par ailleurs, des médecins français avaient mené une étude et montré que le traitement n’était coût-efficace que pour les patients atteints de forme modérée à sévère. Le collège de la HAS « redoute l’impact budgétaire majeur de ces produits et les risques de renoncement à la prise en charge par la solidarité nationale d’autres traitements que cela induirait ». Car si l’on traitait 60 000 patients, on arriverait selon les députés à une dépense de 3,6 milliards d’euros. Difficile à accepter alors que le gouvernement vient d’annoncer qu’il chercher à faire près de 3 milliards d’euros d’économie sur la santé.

(1) Lettre signée par les députés Gérard Bapt, Catherine Lemorton, Olivier Veran, Bernadette Laclais et Jean-Louis Touraine

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité