Publicité

QUESTION D'ACTU

Autorité de la concurrence américaine

Crèmes anti-vieillissement : l'Oréal accusé de publicité mensongère

L'Oréal ne pourra plus vanter le caractère anti-vieillissement de ses cosmétiques aux Etats-Unis par manque de preuves scientifiques, suite à une décision de l'autorité de concurrence américaine.

Crèmes anti-vieillissement : l'Oréal accusé de publicité mensongère AUBERT/SIPA/1104271542

  • Publié 02.07.2014 à 16h12
  • |
  • |
  • |
  • |


Coup dur pour l’Oréal. Le groupe de cosmétiques français ne pourra plus diffuser de publicité vantant le caractère rajeunissant de certains de ses cosmétiques sur le sol américain. L'autorité de la concurrence américaine, la FTC, en a décidé ainsi.


Activation des gènes anti-vieillissement


La FTC met en cause deux des gammes de produits de l’Oréal, les cosmétiques Génifique Lancôme et les cosmétiques Youth Code. Elle a en effet jugé que les publicités mettaient en avant certains effets rajeunissants des soins, sans les étayer par des preuves scientifiques tangibles.

Les publicités concernées précisaient s’appuyer sur dix ans de recherches médicales. Les chercheurs de l’Oréal auraient ainsi découvert certains gènes responsables de la régénération de la peau et développé un processus d’activation de ses derniers, baptisé « GenActiv Technology ». Les effets rajeunissants de ces cosmétiques se feraient ressentir au bout de sept jours.

Des affirmations contestées par l’autorité de concurrence, qui critique la rigueur du protocole scientifique suivi par l’Oréal. Elle cite le cas des produits Génifique, qui n'auraient été testés que sur un petit échantillon de trente-quatre femmes. Celles-ci devaient répondre à des questions sur l’état et la sensation de leur peau après huit semaines d’utilisation. Trop subjectif pour la FTC.

Un accord à l’amiable a été signé entre les deux parties. Il ne donnera pas lieu à des pénalités financières.


Et en France ?

Si l’accord ne s’applique pour l’instant qu’aux Etats-Unis, il n'est pas exclu que l'Autorité de concurrence française se saisisse de l'affaire, en vertu de l'article L121-1 du code de la consommation, qui précise qu'une publicité mensongère "repose sur des allégations fausses sur les propriétés d'un produit".

Cependant, l'Oréal s'est défendu de toutes pratiques publicitaires irrégulières. Le groupe a souligné que ces publicités seraient modifiées, et il a ajouté d'autre part que la qualité et la sûreté de ses produits n'avaient jamais été mis en cause par la FTC.

 

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité