Publicité

QUESTION D'ACTU

Pénurie d'urgentistes

La Grande-Bretagne recrute des médecins indiens sur Skype

Face à la pénurie de praticiens, le service public de santé britannique va recruter des médecins venus d'Inde. Sans passer les tests de compétences habituels, ces derniers devront faire leurs preuves sur Skype.

La Grande-Bretagne recrute des médecins indiens sur Skype  SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 12.05.2014 à 17h21
  • |
  • |
  • |
  • |


Les services d'urgences britanniques font face comme ils peuvent à la pénurie de praticiens dans le pays ! C'est en effet ce que révèle ce lundi le Quotidien du médecin dans ses colonnes. Et pour pallier le manque de médecins, les services publics de santé d'outre-Manche (NHS) ont pensé à une solution pour le moins originale. Ils ont entamé une procédure inédite visant à recruter des dizaines de médecins indiens. Il faut dire qu'il y a urgence : la moitié des postes d'urgentistes sont vacants.

Un premier entretien sur Skype
La première étape de la phase de recrutement se déroule sur Skype, ce logiciel gratuit ultra populaire aux quatre coins du monde qui permet aux utilisateurs de passer des appels téléphoniques (en visioconférence) via Internet.
Les 150 candidats sont de jeunes praticiens indiens qui n'ont pas encore terminé leur spécialisation. Ensuite, les présélectionnés auront droit à un entretien avec le NHS en face-à-face dans la capitale indienne (New Delhi). Dispensés de fait d’une partie des examens habituellement exigés pour les médecins étrangers, ce sont donc plus de 50 médecins indiens qui pourraient faire leurs débuts dans les services d’urgences britanniques en août prochain. Ces derniers poursuivront leur formation de spécialiste en Grande-Bretagne avant de retourner en Inde au bout de quatre ans.

Inquiétude sur la qualité des soins
Cette campagne de recrutement d'un nouveau genre fait des vagues chez les médecins britanniques et les malades. Même si la situation est une urgence puisque la moitié des postes d’urgentistes sont vacants, des médecins regrettent que les autorités “cèdent à la panique et prennent des mesures qui pourraient compromettre la sécurité des patients”. Les autorités ont tenu à signaler qu’un entretien en face à face serait aussi organisé et que chaque candidat subirait un test de langue. La polémique intervient alors que les autorités sanitaires britanniques sont de plus en plus préoccupées par les normes requises pour les médecins étrangers venant travailler au Royaume-Uni. La semaine dernière par exemple, une étude de l'University College de Londres a révélé que la moitié des médecins étrangers exerçant en Grande-Bretagne serait en échec si on leur faisait passer des tests de compétences identiques à ceux de leurs collègues britanniques.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité