Publicité

QUESTION D'ACTU

Justice

Transmission volontaire du sida : l'auteur condamné à 2 ans de prison

Depuis lundi, Patrick était jugé aux assises pour avoir transmis sciemment le virus du sida à son ex-compagne. Il a été condamné à deux ans de prison ferme mardi soir. 

Transmission volontaire du sida : l'auteur condamné à 2 ans de prison  REVELLI-BEAUMONT/SIPA

  • Publié 29.01.2014 à 11h21
  • |
  • |
  • |
  • |


La cour d'assises de Seine-Saint-Denis a condamné ce mardi soir à cinq ans de prison, dont deux ans ferme, Patrick, un homme de 51 ans ayant contaminé sciemment sa compagne avec le virus du sida, alors qu'il lui cachait sa maladie. Le réquisitoire de l'avocat général présenté quelques heures plus tôt a donc été entendu.
Dans cette histoire, Christine, âgée aujourd'hui de 42 ans, a vécu pendant huit ans avec Patrick, qui lui avait caché qu’il était malade et qu’il prenait un traitement antirétroviral. C'est en janvier 2004, lorsqu’elle s’est rendue à l’hôpital très amaigrie, que Christine avait découvert qu’elle était atteinte du sida. Aujourd’hui, placée sous trithérapie, elle va mieux mais elle est en permanence fatiguée et a dû arrêter son travail d’auxiliaire de vie. « En me contaminant, il m’a volé ma vie», avait-t-elle lâché hier à la barre, selon Le Parisien.


Un malade dans le déni
L'accusé, chauffeur routier, reconnaissait pour sa part qu'il se savait malade depuis le début de sa relation de huit ans avec Christine. « Patrick souhaite faire face à ses responsabilités », indiquait avant le début du procès à l'Agence France Presse son avocat Me Jonathan Ben Ayoun, en précisant que son client « en raison de sa simplicité et de son côté un peu brut de décoffrage ressentait un sentiment de honte, mêlé d'une incompréhension de la procédure. »
Le condamné est en effet un ancien toxicomane tombé dans la cocaïne puis l'héroïne à la mort de son père en 1984. Et pendant son idylle avec Christine, il se savait malade, « mais il était dans le déni, le déni névrotique », expliquait de son côté l'expert psychiatre Frantz Prosper.
A l'énoncé du verdict, l'accusé est resté le visage fermé, relate le Nouvel Observateur, tandis que son ex-compagne, Christine, en sanglots, a pris ses proches et son avocate dans ses bras. Et cette dernière a d'ailleurs clairement exprimé son soulagement suite à cette condamnation « Je suis assez contente, j'y croyais pas. Il me fallait ça, qu'il soit reconnu coupable pour des faits. Je pense que ça répare. »

Un étudiant américain contamine plus de 30 de ses partenaires
Enfin, ce récit fait écho à une autre affaire qui se déroule outre-Atlantique avec des faits identiques de transmission du sida volontaire. Aux Etats-Unis, Michael Johnson, un ancien étudiant séropositif de la Lindenwood University (Missouri, Etats-Unis) est actuellement emprisonné pour avoir eu des relations sexuelles non-protégées. Il a été arrêté à la fin de l'année 2013 après la plainte d'un homme qui l'accusait de l'avoir contaminé sciemment avec le virus du sida. Quatre autres plaintes ont rapidement suivi. 
Pendant son enquête, les policiers américains ont découvert stockées sur un ordinateur, 32 vidéos des ébats de Michael Johnson avec 31 personnes différentes. Ils ont estimé après visionnage, qu'aucune de ces personnes ne se savait filmée et qu'aucune ne savait que Johnson était séropositif. Alors où s'arrête la liste des victimes de Michael Johnson ?  En fonction des charges retenues, le jeune homme âgé de 22 ans encourt la prison à perpétuité.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité