• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Espoir

Covid-19 : la fin de la « phase aiguë » de la pandémie est possible en 2022 si 70 % de la population mondiale est vaccinée

Selon le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la "phase aiguë" de pandémie de Covid-19 pourrait prendre fin cet été, lorsque 70 % de la population mondiale sera vaccinée. Mais pour cela, il faut soutenir le développement de vaccins dans certaines régions du monde, notamment en Afrique.

Covid-19 : la fin de la « phase aiguë » de la pandémie est possible en 2022 si 70 % de la population mondiale est vaccinée Wavebreakmedia/iStock


  • Publié le 13.02.2022 à 11h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La société Afrigen Biologics and Vaccines est basée au Cap, en Afrique du Sud, a annoncé avoir conçu le premier vaccin à ARN messager contre la Covid-19 du continent africain.
  • Elle a utilisé le séquençage que Moderna a rendu public.
  • Les premiers essais cliniques démarreront en novembre.

Une prévision optimiste. En déplacement en Afrique du Sud, le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus souhaite croire à la fin prochaine de la "phase aiguë" de la pandémie de Covid-19. Face à la presse, il a déclaré vendredi 11 février que celle-ci pourrait survenir dès cette année, "à la condition bien sûr que 70 % de la population mondiale soit vaccinée d’ici le milieu de l’année, vers juin ou juillet".

"Si c’est le cas, la phase aiguë peut véritablement se terminer, et c’est ce qu’à quoi nous nous attendons. C’est entre nos mains. Ce n’est pas une question de chance, c’est une question de choix", a ajouté le chef de l’OMS.

Seul 1 Africain sur 10 est vacciné contre la Covid-19

Aujourd’hui, l’OMS estime que 53 % de la population a reçu un schéma vaccinal complet. Mais derrière ce chiffre, se cache de très fortes disparités selon les continents. Ainsi, si 60 % des populations d’Europe et du continent américain sont vaccinées, le taux de vaccination de la population africaine avoisine les 11,3 %, le plus faible au monde.

D’où la nécessité de "soutenir le développement de la fabrication locale de vaccins en Afrique et ailleurs dans le monde afin d’améliorer la sécurité sanitaire" sur tous les continents, a rappelé Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui visitait alors au Cap avec la ministre belge de la Coopération au développement, Meryame Kitir, la société de biotechnologie Afrigen. Celle-ci est actuellement en train de mettre au point le premier vaccin à ARN messager contre la Covid-19 en Afrique.

Un vaccin à ARNm africain prévu pour 2024

Soutenu par l’OMS et par Covax, une initiative internationale qui souhaite assurer un accès équitable à la vaccination contre la Covid-19 dans 200 pays, le vaccin d’Afrigen a été développé à partir du séquençage du code génétique publiquement disponible du laboratoire Moderna. Les essais cliniques débuteront en novembre et l’homologation est prévue pour 2024.

"Ce vaccin sera plus adapté aux contextes dans lesquels il sera utilisé, avec moins de contraintes de stockage et à un prix moindre", a affirmé Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES