• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Allaitement

Lait maternel : l’alimentation de la mère influence la santé du bébé

Le lait maternel la source de nutrition optimale pour les nouveau-nés, notamment grâce à certains lipides qui jouent un rôle important dans le poids de la petite enfance. L’alimentation de la mère influe sur la composition bénéfique du lait maternel.

Lait maternel : l’alimentation de la mère influence la santé du bébé AlekZotoff/iStock

  • Publié le 17.12.2020 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le régime alimentaire de la mère pendant l'allaitement peut façonner le profil des oligosaccharides du lait maternel, un type de glucides complexes.
  • L'alimentation de la mère pendant l’allaitement va influer sur l’intégralité de la vie du bébé.
  • Un lipide dans le lait maternel a été identifié comme ayant une influence sur différents aspects de la santé du nouveau-né.

Le lien entre une mère et son enfant est étroit et se poursuit après l’accouchement. Pour nourrir le nouveau-né, l’allaitement est la source de nutrition optimale. Il confère une protection contre les maladies infantiles potentiellement mortelles telles que l'entérocolite nécrosante, ainsi que contre les maladies apparaissant plus tard chez les adultes, comme l'obésité, le diabète et les maladies inflammatoires de l'intestin. Mais cet apport bénéfique peut varier en fonction de l’alimentation de la mère, suggère une étude publiée dans Nature Scientific Reports le 16 décembre.

Des substances inertes pour la mère, essentielles pour le bébé

Cette étude est la première à rapporter la preuve que le régime alimentaire de la mère pendant l'allaitement peut façonner le profil des oligosaccharides du lait maternel, un type de glucides complexes présent dans ce lait. La modification des oligosaccharides modifie à son tour les capacités fonctionnelles du microbiome du lait qui influence la santé métabolique à vie. “Les oligosaccharides du lait maternel sont essentiellement des substances inertes pour une mère ou son bébé, précise l'auteur principal, le Dr Kjersti Aagaard, également professeur de génétique moléculaire et humaine au Baylor College of Medicine. Cependant, ils exercent leurs bienfaits pour la santé en agissant comme nourriture ou fourrage pour les microbes - à la fois des bactéries et certains virus. Cela semble être un exemple très intéressant où ce que nous mangeons affecte nos microbes via un intermédiaire que nous fabriquons mais dont nous ne bénéficions pas directement. Cela nous donne un aperçu fascinant de ce que nous et d'autres croyons être un processus naturel de coévolution.”

Les chercheurs ont fourni à des mères allaitantes un régime nutritionnel particulier pendant 30 à 70 heures. Après une période de sevrage de deux semaines, la même femme a mangé un régime différent également fourni par les chercheurs. Des échantillons de lait de chaque sujet à ces différents moments ont ensuite été collectés. Cela a aidé les chercheurs à contrôler la façon dont la quantité d’oligosaccharides fabriquées varient entre les femmes. L'équipe a analysé leur composition ainsi que celle du microbiome du lait pour étudier l'effet de l'alimentation des mères.

L’allaitement influe sur la santé du bébé tout au long de sa vie

Nous avons constaté que les sources de glucides et d'énergie maternelles distinctes dans les régimes alimentaires que nous fournissions modifiaient préférentiellement les concentrations d’oligosaccharides dans le lait, ce qui était accompagné de changements dans la capacité métabolique du microbiome du lait, a observé le premier auteur, le Dr Maxim Seferovic. Ce n'est pas que le régime maternel lui-même affecte directement les microbes mais que le régime affecte la nourriture des microbes, les oligosaccharides, qui à leur tour façonnent la capacité fonctionnelle des microbes du lait qui sera consommée par le bébé. Fait intéressant, les changements d’oligosaccharides se sont produits rapidement, en l'espace de 2 à 3 jours, après que les mères aient changé leur régime alimentaire.”

Ces résultats montrent que l’alimentation de la mère pendant l’allaitement va influer sur l’intégralité de la vie du bébé. “Nous proposons que nos découvertes puissent avoir des effets potentiels sur la santé et le développement du bébé, y compris le potentiel de promouvoir une intégrité intestinale saine à la surface de la muqueuse, développe la Dr Melinda Engevik, coauteur de l’étude. Les oligosaccharides nourrissent certaines communautés microbiennes, et il a été suggéré que l'établissement de ces communautés microbiennes est probablement important pour le développement néonatal de la fonction cérébrale. Nous pensons que la présence de certains oligosaccharides favorise la croissance de certains microbes dans le lait, qui passent ensuite au bébé et peuvent favoriser un développement sain.”

Les variations dans la composition du lait entre les mères

Le lait maternel est complexe et son influence sur le bébé continue de comporter des zones d’ombre. Des chercheurs de l’université de Harvard en ont éclairci une qui concerne le rôle des lipides sur le poids des nouveau-nés. Dans une étude parue le 2 novembre dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, ils avancent que le métabolite lipidique appelé 12,13-diHOME est associé à un gain de poids et à une composition corporelle bénéfiques pour le nourrisson au début de la période postnatale. Ils ont également un effet protecteur contre le développement de l'obésité. La condition physique de la mère, en particulier l'exercice, semble également augmenter les niveaux de métabolite dans le lait maternel et pourrait donc bénéficier à leur progéniture.

Les variations dans la composition du lait entre les mères expliquent des différences entre les enfants. “Bien que le lait maternel ait longtemps été promu comme moyen de réduire le risque d'obésité infantile, les données ne sont pas entièrement cohérentes, recadre Elvira Isganaitis, professeure adjoint de pédiatrie à la Harvard Medical School et auteure de l’étude. La littérature est contradictoire, et dans de nombreux cas, les effets protecteurs de l'allaitement disparaissent après contrôle des facteurs maternels tels que l'éducation, l'obésité, le tabagisme ou le statut socio-économique. Nous proposons que les variations de la composition du lait entre les mères puissent expliquer certaines des différences qui ont été observées en termes d'obésité infantile et de risque de diabète. En d'autres termes, certaines mères peuvent avoir de plus grandes quantités de facteurs de protection dans leur lait.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité