• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

EVALI

Lésions pulmonaires : le vapotage et la marijuana à fumer ne sont pas en cause

Une étude menée par l’université de Yale révèle que les États américains où les taux de consommation marijuana et de vapotage sont les plus élevés ne sont pas ceux qui recensent le plus de lésions pulmonaires.

Lésions pulmonaires : le vapotage et la marijuana à fumer ne sont pas en cause Dmitry_Tishchenko/iStock

  • Publié le 29.08.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Dans les États américains ayant les taux les plus élevés de consommation de marijuana et de vapotage, le nombre de cas de lésions pulmonaires par habitant a diminué.
  • Au contraire, les États ayant une politique plus restrictive sur le vapotage et la marijuana à usage récréatif enregistrent le plus de cas de lésions pulmonaires par habitant.

Les lésions pulmonaires qui ont occasionné l’an dernier 68 décès aux États-Unis et un décès en Belgique n’ont pas été causées par la consommation de marijuana, pas plus qu’à celle de la cigarette électronique.C’est la conclusion à laquelle sont parvenus des chercheurs de l’école de santé publique de l’université de Yale (États-Unis). Dans une étude publiée dans la revue Addiction, ils estiment que la relation totale entre le nombre total de cas de lésion pulmonaire associée à l'utilisation de produits de cigarette électronique ou de vapotage (appelée EVALI outre-Atlantique) n'est pas lié à la consommation de cannabis ou au vapotage.

Au contraire, selon eux, dans les États américains ayant les taux les plus élevés de consommation de marijuana et de vapotage, le nombre de cas d’EVALI par habitant a diminué.

“Si la consommation de cigarettes électroniques ou de marijuana en soi est à l'origine de cette épidémie, les régions où ces comportements sont plus répandus devraient afficher une prévalence plus élevée d'EVALI, explique le professeur adjoint Abigail Friedman. Cette étude constate le résultat inverse. Outre les groupes géographiques d'États à forte prévalence d'EVALI, ces résultats sont plus cohérents avec les e-liquides ou les additifs disponibles localement qui sont à l'origine de l'épidémie d'EVALI qu'avec un produit largement utilisé et disponible au niveau national."

L'acétate de vitamine E en cause

En août dernier, le Center for Disease Control and Prevention (CDC) — l'autorité sanitaire américaine — avait ouvert une enquête sur les lésions pulmonaires liées au vapotage d'e-liquide de marijuana après avoir recensé 2 800 cas, dont 68 mortels. Les autorités avaient finalement conclu que c’était l’acétate de vitamine E, un additif que l’on retrouve dans les e-liquides de marijuana “maison”, qui était à l’origine des lésions pulmonaires.

Cette épidémie avait alors incité les autorités fédérales à adopter différentes lois pour limiter la vente d'e-cigarettes à la nicotine ou interdire les arômes, voire à interdire toutes les ventes d'e-cigarettes, comme ce fut le cas dans le Massachussetts fin 2019.

Pour les auteurs de l’étude, les autorités ont fait fausse route pour réduire les risques d'EVALI, puisque le danger provenait d’e-liquides provenant de sources informelles.

Ils se basent notamment sur les données provenant des cinq premiers États à avoir légalisé la marijuana à des fins récréatives. L’Alaska, la Californie, le Colorado, l’Oregon et l’État de Washington ont tous enregistré moins d'un cas d'EVALI pour 100 000 habitants âgés de 12 à 64 ans. A l’inverse, aucun des États à plus forte prévalence d'EVALI (l’Utah, le Dakota du Nord, le Minnesota, le Delaware et l’Indiana) n'a autorisé l'usage récréatif de la marijuana.

Pour les auteurs de l’étude, les conclusions de l’étude devraient inciter les États à prendre la mesure des conséquences involontaires potentielles de leur politique qui interdit la marijuana à fumer tout en autorisant les e-liquides de THC.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité