• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Sondage

Les Français contre la ré-autorisation des néonicotinoïdes pour les betteraviers

Le gouvernement a proposé une dérogation, le 6 août dernier, pour permettre aux betteraviers de pouvoir utilisé cet insecticide interdit depuis 2018. Une décision mal perçu par 69% Français, notamment à cause de la dangerosité du produit pour les abeilles. Une nouvelle étude révèle que les crevettes et les huîtres sont elles affectées par les néonicotinoïdes.

Les Français contre la ré-autorisation des néonicotinoïdes pour les betteraviers lantapix/iStock

  • Publié le 26.08.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L’ONG Générations futures a lancé, avec 17 autres ONG, une pétition pour empêcher cette ré-autorisation prévue pour l’horizon 2021.
  • Sans son utilisation, les pertes de rendement prévues oscillent entre 40 et 50% en Île-de-France.
  • Des chercheurs australiens du Centre national des sciences marines de l'université Southern Cross ont révélé qu’outre les insectes pollinisateurs, les néonicotinoïdes peuvent aussi affecter les huîtres et les crevettes.

La dérogation est prévue pour 2021 mais pourrait ne pas voir le jour. Le 6 août dernier, le gouvernement a proposé une dérogation aux betteraviers pour leur permettre d’utiliser des néonicotinoïdes pour lutter contre les pucerons verts, vecteurs de la jaunisse. Très vite, cette décision a fait réagir et l’ONG Générations futures a lancé, avec 17 autres ONG, une pétition pour empêcher cette ré-autorisation prévue pour l’horizon 2021. La raison : cet insecticide est aussi un tueur d’abeilles, essentiels pour la biodiversité.

Une question de souveraineté

Un sondage, réalisé par OpinionWay pour l’ONG Générations futures, révèle que près de 7 Français sur 10 (69%) sont opposés à l’autorisation des néonicotinoïdes pour les betteraviers. “C'est une bonne nouvelle, les Français savent désormais depuis longtemps que ces produits sont dangereux pour les abeilles notamment. C'est pour cette raison qu'ils ont été interdits par la loi”, a réagi François Veillerette, le président de l’association, au Parisien.

Pour les agriculteurs, cette ré-autorisation est une nécessité. Sans son utilisation, les pertes de rendement prévues oscillent entre 40 et 50% en Île-de-France. Aucune alternative viable n’est prévue avant au moins ans, souligne la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB). “C’est une question de souveraineté alimentaire. Quatre usines sucrières ont déjà fermé l'an passé. Si l'on doit attendre cinq ans, il n'y aura plus d’usine”, annonce Alexandre Pelé, vice-président de la CGB.

Une étude montre que les crevettes et huîtres sont aussi affectées

Le débat reste intense entre les pro et les anti néonicotinoïdes. Alexandre Pelé espère que “le réalisme l'emportera sur le dogmatisme”, lui qui met en avant l’aide apportée par l’industrie sucrière dans la production de gel hydroalcoolique. Il ajoute que les racines de cette plante à sucre sont arrachées avant la floraison, attirant ainsi moins d’abeilles et que la filière pourrait s'engager à ne pas semer de plantes “à miel” pendant deux ans. “Bien insuffisant, lui répond François Veillerette. Les néonicotinoïdes ne sont pas pulvérisés, ils enrobent les graines. Or ces produits sont aussi pompés par les plantes voisines, mauvaises herbes ou cultures du champ mitoyen, que les pollinisateurs iront butiner.”

Des chercheurs australiens du Centre national des sciences marines de l'université Southern Cross ont révélé qu’outre les insectes pollinisateurs, les néonicotinoïdes peuvent aussi affecter les huîtres et les crevettes. Cette étude, publiée le 20 août dans la revue Ecotoxicology and Environmental Safety, que l'imidaclopride, principe actif de l’insecticide, est à l'origine d'une “contamination imprévue des systèmes aquatiques sur la planète entière, ont écrit les chercheurs. Nous montrons que l'exposition des crevettes à de fortes concentrations de néonicotinoïdes peut avoir un impact significatif. Si elles ne sont pas bien gérées, ces substances chimiques peuvent affecter la productivité et la durabilité des pêcheries de crevettes d’élevage.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité