• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pandémie

Covid-19 : derrière les éléments qui font craindre une deuxième vague, les mesures qui permettraient de l'empêcher

Deux études ont évalué les répercussions du déconfinement sur la possible résurgence du nouveau coronavirus en France. Si elles ont toutes les deux conclu qu'une deuxième vague était à envisager, elles donnent des clés pour l'éviter, telles que la protection spécifique des personnes à risque et le dépistage à grande échelle.

Covid-19 : derrière les éléments qui font craindre une deuxième vague, les mesures qui permettraient de l'empêcher Yaraslau Saulevich/iStock

  • Publié le 13.05.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Peu à peu, la France revit. Depuis le 11 mai, chacun peut sortir de son domicile sans attestation de déplacement dérogatoire. Néanmoins, la prudence reste de mise. Distanciation sociale, gestes barrières, interdiction de se rendre à plus de 100 kilomètres de chez soi : tout est mis en œuvre pour éviter que le SARS CoV-2 ne se propage de nouveau à travers le pays. Deux études laissent pourtant penser qu'une deuxième vague serait à envisager à l'automne.

La première a été menée par des chercheurs majoritairement issus de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et de Public Health Expertise. Ils ont réalisé un modèle recréant la circulation du virus au sein de 500 000 personnes au travers de leurs interactions sociales. Fréquence des contacts entre amis, nombre d'enfants par classe, de collègues sur un lieu de travail… Au total, 194 paramètres ont été pris en compte.

Protéger davantage les personnes à risque pour éviter une deuxième vague

Ainsi, les scientifiques ont évalué les conséquences potentielles de mesures post-confinement, comme la protection spécifique des personnes les plus vulnérables au Covid-19, la distanciation sociale et le port du masque. Résultat : seules, les deux dernières mesures se révèleraient inefficaces pour éviter que les unités de soins intensifs ne soient de nouveau submergées.

En revanche, selon les chercheurs, une fois couplés à la protection des personnes à risque, le port du masque et la distanciation sociale auraient des meilleurs résultats et permettraient d'éviter la deuxième vague tant redoutée. En somme, si chacun respecte les gestes barrières et que les personnes fragiles restent le plus possible à leur domicile, le France devrait ne pas avoir à se confiner une nouvelle fois.

La nécessité de dépister, tracer et isoler au moins 50% des nouveaux cas 

La seconde étude, réalisée par des chercheurs majoritairement issus de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), reprend un modèle utilisé pour évaluer les conséquences du confinement sur le système de soins en Ile-de-France. Les scientifiques se sont concentrés sur l'impact de la réouverture des écoles, en prenant en compte des paramètres tels que la distanciation sociale modérée, ainsi que le dépistage, traçage et isolement des cas de Covid-19 à grande échelle.

Résultat : si une reprise des cours le 11 mai de l'ensemble des jeunes mènerait très sûrement à une deuxième vague similaire à la première, il serait possible de l'éviter en limitant l'effectif à 50%. Néanmoins, il faudrait que d'autres conditions soient mises en œuvre, à l'instar du dépistage, traçage et isolement d'au moins la moitié des nouveaux cas de Covid-19.

“Nous aurions à affronter une seconde vague plus intense que la première”

“Si 25 % seulement sont identifiés, nous aurions à affronter une seconde vague plus intense que la première, débutant fin juin avec des capacités de réanimation dépassées jusqu’en août", estime Vittoria Colizza, directrice de recherches à l'Inserm, interrogée par Le Monde.

La modélisatrice souligne également l'importance du respect de la distanciation sociale. “Cela suppose que 50 % des gens restent chez eux – soit que leur activité professionnelle n’ait pas repris, soit qu’ils pratiquent le télétravail – que les personnes âgées aient réduit de 75 % leurs contacts, et qu’il y ait une réouverture partielle (pas plus de 50 %) de différentes activités et commerces", explique-t-elle.

“Une aide à la décision et à la réflexion importante”

À ce stade, il s'agit uniquement d'hypothèses. Pour autant, cela ne veut pas dire que le gouvernement et la population ne peuvent pas agir dès à présent afin d'éviter une deuxième vague. “Chaque modèle a ses inconvénients, mais quand il y a convergence sur une question identique avec des moyens différents, on peut considérer que c’est une aide à la décision et à la réflexion importante, qui doit amener à beaucoup de prudence”, avance Éric Daudé, géographe et directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), interrogé par Le HuffPost. Ainsi, alors que les incertitudes perdurent, le mot d'ordre reste le même que depuis le début de la crise sanitaire : prudence.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité