• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Portraits

Endométriose : 61 photographies de femmes pour montrer la douleur au quotidien

Le photographe reporter Martin Straub et la collagiste Anaïs Morisset Desmond ont réalisé une série de 61 portraits de femmes atteintes d'endométriose libérer la parole autour de cette maladie encore mal connue. 

Endométriose : 61 photographies de femmes pour montrer la douleur au quotidien TefiM/iStock

  • Publié le 02.03.2020 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L’endométriose est une maladie gynécologique due à la migration anormale de cellules de l’endomètre en dehors de l’utérus. Elle toucherait plus d’une femme sur dix entre 16 et 50 ans et entraînerait, dans 25 à 50 % des cas, une infertilité. Elle se caractérise par des règles et des rapports sexuels très douloureux, ou encore des difficultés pour uriner et/ou aller à la selle.

Un “drap qui symbolise l’endométriose”

Le photographe reporter Martin Straub et la collagiste Anaïs Morisset Desmond ont réalisé une série de 61 photographies de femmes atteintes d'endométriose pour sensibiliser le grand public à cette maladie. Soutenue par l'association Endofrance, l'exposition “Les invisibles” qui réunit portraits, “natures mortes” et échographies, se tiendra à l’Espace Beaurepaire à Paris dès le 5 mars, à l'occasion de la semaine européenne de prévention et d’information sur l’endométriose.

Cette exposition vise à libérer la parole de femmes atteintes d’endométriose et d’adénomyose mais aussi dénoncer leurs errances médicales, les violences psychologiques et physiques gynécologiques qu’elles subissent, l’ignorance du corps enseignant et les complications professionnelles entre autres”, décrit Endofrance.

Le photographe explique de son côté au Huffpost que chaque femme est prise en photo devant “un fond en collage créé à partir d’échographies, de scanners et d’IRM que nous avons emmagasinés auprès de l’hôpital Saint-Joseph”. Chacune elles porte un “drap qui symbolise l’endométriose” créé à partir de clichés microscopiques de l’endomètre. “On le laissait à disposition de chaque femme. Elles pouvaient en faire ce qu’elles voulaient. Certaines le plaçaient là où elles se sentaient le plus atteintes, là où elles ressentaient des douleurs.” 

Une désinformation qui pose problème

Ce projet, né d'une réflexion commune à la suite du diagnostic d'Anaïs Morisset Desmond, vise à faire connaître la maladie et les difficultés qu'elle entraîne au quotidien. “On s’est dit qu’il y avait de gros problèmes d’information et de désinformation sur l’endométriose”, souligne la collagiste.

Enora Malagré est l'une des premières figures publiques à avoir brisé le tabou autour de cette maladie, notamment avec la publication de son livre Un cri du ventre. La chanteuse et actrice Lorie Pester ou encore l'actrice Laetitia Millot ont également avoué être atteintes de cette maladie incurable, encore mal connue, dont le diagnostic tarde en moyenne 7 ans à être établi. Celui-ci repose en premier lieu sur l’interrogatoire du médecin suite aux plaintes de sa patiente. Il sera complété par un examen clinique détaillé et une échographie du petit bassin. 

En cas de discordance entre les plaintes et les examens, d’autres examens plus spécialisés peuvent être réalisés (échographie endovaginale ou IRM), et c’est seulement en l’absence de lésion caractéristique qu’une “cœlioscopie diagnostique”, plus invasive, doit être envisagée. Elle consiste à introduire un tube avec un dispositif visuel dans le ventre. En cas de diagnostic d’endométriose, et avant toute chirurgie, il faut évaluer l’extension de la maladie avec des examens qui vont explorer la vessie et les intestins.

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité