• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Surdosage de médicaments

Les benzodiazépines rendent de plus en plus d’adolescents dépendants

Aux Etats-Unis, la prise massive par des adolescents de ces médicaments pour soigner l’anxiété devient préoccupante. 

Les benzodiazépines rendent de plus en plus d’adolescents dépendants Darwin Brandis/iStock

  • Publié le 27.12.2019 à 11h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Tout ce qui est pris en excès est nocif pour la santé, à plus forte raison pour les médicaments. Une étude nationale coécrite par des chercheurs de l’université Rutgers, au New Jersey (Etats-Unis) sonne l'alarme sur la forte augmentation au cours des dix dernières années du nombre d'adolescents victime de surdosage de benzodiazépines, un anxiolytique courant. Selon l'étude, publiée dans la revue Clinical Toxicology, le nombre de cas d’adolescents âgés de 12 à 18 ans signalés aux US Poison Control Centers a augmenté de 54 % entre 2000 et 2015. 

Les abus intentionnels en hausse

L'analyse de 296 838 cas d'exposition aux benzodiazépines chez les jeunes de moins de 18 ans a révélé que si les cas d'exposition chez les enfants de moins de 6 ans ont diminué, le taux d'exposition des adolescents est passé de 17,7 cas pour 100 000 enfants en 2000 à 27,3 cas pour 100 000 enfants en 2015. Des chercheurs de différents établissements ont recueilli des données du National Poison Data System. Les chiffres montrent également une augmentation des cas de maltraitance intentionnelle, qui représentaient près de la moitié de tous les cas d'exposition signalés en 2015 au titre de l'utilisation abusive ou des tentatives de suicide. 

Pour Diane Calello, directrice générale et directrice médicale du New Jersey Poison Control Centre et l'un des autrices du rapport, “si une surdose de benzodiazépines n'est habituellement pas mortelle, l'étude montre une augmentation du nombre d'adolescents consommant une ou plusieurs substances supplémentaires, ce qui augmente la gravité des effets, y compris la mort ou des symptômes mettant la vie en danger qui affectent la santé à long terme.” 

Ce qui est très préoccupant, c’est qu’environ 70 000 enfants se présentent chaque année aux urgences en raison d'une surdose de médicaments, et que près de 12 % de ces visites nécessitent un séjour à l'hôpital. Diane Calello attribue les cas d'empoisonnement chez les adultes et les enfants à une plus grande disponibilité des médicaments d'ordonnance. 

Le problème des benzodiazépines

“Ces résultats sont liés à l'augmentation des prescriptions de benzodiazépines aux États-Unis au cours de la dernière décennie. Les fournisseurs de soins médicaux devraient être conscients de la prévalence accrue de l'exposition aux benzodiazépines pour aider à limiter la prescription inutile. Il faut conseiller les parents et les fournisseurs de soins sur l'utilisation, l'entreposage et l'élimination appropriés de ces médicaments à risque élevé”, indique Diane Calello. 

La délivrance de benzodiazépines doit être pris au sérieux, car des recherches récentes montrent que les adolescents qui consomment des substances présentent un fonctionnement cérébral anormal lié au volume de la structure du cerveau, à la qualité de la substance blanche et à l'activation des tâches cognitives. 

Les benzodiazépines ont un effet fortement calmant sur le système nerveux central. Par conséquent, ils sont prescrits aux personnes souffrant d'anxiété, de syndrome de stress post-traumatique, d'insomnie, de crises de panique, de convulsions et d'autres problèmes de santé mentale. Malgré la forte probabilité d'accoutumance, il est couramment prescrit aux États-Unis. En plus de consommer la drogue pour des raisons médicales, les adolescents en abusent souvent et finissent par en devenir dépendants. Ils sont également susceptibles d'y rester dépendants à l'âge adulte.

Même seule, la drogue crée une forte dépendance. Les adolescents exacerbent les effets en l'utilisant en combinaison avec l'alcool et la marijuana. L'un des effets les plus graves de l'abus de benzodiazépines chez les adolescents est l'amnésie antérograde, causée par la consommation d'une grande quantité de cette drogue. Les adolescents touchés ont une période de “trou noir”, c'est-à-dire une perte de mémoire au cours de laquelle ils ne se souviennent pas de la période en question. Bien qu'elle soit différente de la perte de conscience, elle les rend vulnérables à un large éventail de dangers. 

Parmi les autres effets, mentionnons la dépression, les sautes d'humeur, l'agressivité, la vision trouble, le mauvais rendement au travail et à l'école, les crampes musculaires, les maux de tête, la mauvaise mémoire et la dépendance aux autres substances. 

Publicité
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité